23 février 2016
Les organisateurs du Festival demandent 20 000$ de plus à la Ville
Par: Julie Lambert
Les organisateurs du Festival de la gibelotte ont déposé une demande d’aide financière supplémentaire de 20 000$ à la Ville de Sorel-Tracy. | Photo: TC Média – Pascal Cournoyer

Les organisateurs du Festival de la gibelotte ont déposé une demande d’aide financière supplémentaire de 20 000$ à la Ville de Sorel-Tracy. | Photo: TC Média – Pascal Cournoyer

En plus des 90 000$ prévus dans son budget 2016 pour l’organisation du Festival de la gibelotte, la Ville de Sorel-Tracy pourrait autoriser une demande d’aide financière supplémentaire de 20 000$.

Publicité
Activer le son

Le comité organisateur a déposé, le 12 février dernier, un plan de redressement au conseil sorelois. Selon le maire Serge Péloquin, les organisateurs devront toutefois faire les changements jugés nécessaires par la municipalité avant de recevoir les sous demandés.

Dans une résolution du conseil adopté le 22 février dernier en séance extraordinaire, la Ville a aussi autorisé le versement en entier de la subvention de 90 000$ prévue au budget 2016 pour la prochaine édition du Festival de la gibelotte.

De ce montant, 57 000$ serviront à rembourser les fournisseurs impayés depuis plus de sept mois, explique Serge Péloquin. Le montant restant, soit 33 000$, sera versé seulement quand les membres du conseil d’administration de l’organisme auront accepté d’appliquer les recommandations émises par la firme comptable lors du dépôt des états financiers en janvier dernier.

« On veut tenir les guides serrés. On sait que tout le monde souhaite un festival, mais l’argent public doit être bien dépensé et le comité doit organiser un événement à la hauteur de son financement. Cela peut sembler de l’ingérence de la part de la municipalité, mais nous voulons nous assurer de la bonne administration des sous demandés et le c.a est d’accord avec ça », affirme le maire Péloquin.

Des changements attendus

Le président du Festival de la gibelotte, Benoit Lefebvre, n’a pas voulu commenter les conditions imposées par la Ville pour obtenir les 20 000$ demandés avant d’en discuter à la prochaine rencontre des membres du c.a, qui aura lieu le 24 février en soirée.

« Nous allons regarder cette proposition. Dans notre demande, nous avions abordé trois items, dont le remboursement de nos fournisseurs. Nous souhaitons régler cela avant tout pour garder notre image et notre fierté intactes. Une ébauche de la programmation de la prochaine édition a été déposée pour appuyer notre demande financière. Rien n’est toutefois officiel », explique-t-il.

Les principales recommandations de la firme comptable faisaient état entre autres d’une plus grande rigueur dans la gestion de la petite caisse, le décompte des cartes d’accès, la vente de bracelets, les dépôts, les rapports de vente journaliers, les nouveaux emprunts et l’enregistrement des ventes dans les procès-verbaux.

Les membres du c.a souhaitent également rembourser la dette accumulée et la marge de crédit de 150 000$. La Ville espère de cette façon se dégager de cette responsabilité.

« Cela fait partie de la stratégie de la Ville que les organisateurs se prennent en main. On cautionne la marge de crédit depuis neuf ans. On sent la volonté des organisateurs de prendre au sérieux les recommandations », conclut M. Péloquin.

Le Festival de la gibelotte a enregistré un 5e déficit consécutif, s’élevant à 64 309$, lors de sa dernière édition. Cette situation forcera les administrateurs à effectuer des changements en 2016. Ils comptent notamment réduire la durée de l’événement à cinq jours au lieu de neuf, maintenir une seule scène de spectacle et créer une zone fermée et payante au centre-ville.

À lire aussi:

– Des lacunes à corriger pour les organisateurs en 2016

– Festival de la gibelotte : une nouvelle ère à l’horizon

– Festival de la gibelotte : le déficit grimpe à 64 000$

– Demande financière refusée par la Ville: le Festival réagit

image