25 mai 2015
Les ministres refusent de se prononcer sur un pôle logistique à Contrecœur
Par: Sarah-Eve Charland
TC Média - Archives

TC Média - Archives

Le ministre délégué aux Transports et à l’Implantation de la Stratégie maritime, Jean D’Amour et le ministre responsable de la Montérégie, Pierre Moreau, ont refusé de donner des entrevues sur la place de Contrecœur dans le projet de pôles logistiques.

Le pôle logistique est une plateforme offrant des services de transport et qui regroupe toutes les opérations relatives à la gestion de la circulation des marchandises, ce qui faciliterait l’acheminement des matières premières, produits semi-finis et finis de leur point d’origine au point de consommation.

L’implantation de ce projet permettrait de créer 24 000 emplois directs et indirects au Québec. Selon une étude, un pôle logistique permettrait également des retombées économiques de 8 milliards de dollars sur 20 ans.

Au cours des dernières semaines, les annonces se sont multipliées au sujet de l’implantation d’un pôle logistique à Vaudreuil-Soulanges. Pour ce qui est de Contrecœur, c’est silence radio de la part des ministres.

« Le gouvernement libéral a réitéré sa volonté d’implanter un pôle à Vaudreuil-Soulanges. De là à confirmer comment cela va fonctionner et quelle sera la place de Contrecœur, on va attendre une annonce officielle », a affirmé l’attachée de presse de M. Moreau, Catherine Poulin.

L’attachée de presse du ministre d’Amour, Zoé Couture, abonde dans le même sens. « M. D’ Amour ne fera pas de commentaire au sujet de Contrecœur. On attend le dévoilement de la stratégie maritime qui devrait se faire d’ici la fin du mois de juin. »

Lors de l’étude des crédits du ministère des Transports le 30 avril dernier, la porte-parole de l’opposition officielle en matière de transports et de stratégie maritime, Martine Ouellet, a interrogé le ministre D’Amour à ce sujet.

« Montréal, pour connaître son développement, a besoin de Contrecœur. Donc, au niveau logistique, Contrecœur est aussi un élément important. Il y a une zone industrielle à Contrecœur qu’on se doit de développer. Il y a de l’argent qui est prévu pour Contrecœur et Vaudreuil-Soulanges », a répondu le ministre D’Amour.

En entrevue, le député de Verchères, Stéphane Bergeron, a affirmé demeurer optimiste. « Je crois qu’il y aura des annonces très intéressantes à l’égard de Contrecœur. Dans des discussions informelles, il était clair que Contrecœur faisait partie des scénarios, mais je ne veux rien tenir pour acquis. »

Des institutions en faveur de Contrecœur

Il y a quelques semaines, on découvrait dans les médias que le Canadien National (CN) mettait en garde le gouvernement sur l’implantation d’un pôle à Vaudreuil-Soulanges. Un pôle à cet endroit favoriserait le commerce sur le chemin de fer américain CSX et deviendrait une extension du port de New York, croit l’organisation du CN.

De son côté, l’Administration portuaire de Montréal (APM) est en faveur de l’implantation d’un modèle multisites.

« Des pôles multisites permettraient de saisir différentes opportunités, dont notamment l’Accord économique commercial entre l’Europe et le Canada. Un modèle multisites donnerait aux investisseurs potentiels différentes possibilités en fonction de leurs besoins et de leurs moyens financiers », a affirmé la porte-parole de l’APM, Mélanie Nadeau.

Peu importe la décision du gouvernement, l’APM ira de l’avant avec l’agrandissement du Port de Montréal à Contrecœur. Le projet de 650 M$ permettra de créer près de 1000 emplois.

image