6 décembre 2019
Les Mariniers invités au prestigieux tournoi pee-wee de Québec
Par: Jean-Philippe Morin

Mathis Desgagnés, Grégory Morin, Luc Desgagnés et Benjamin Desgagnés. Photo gracieuseté

Les Mariniers pee-wee BB, de l’entraîneur-chef Luc Desgagnés, ont été invités à participer au plus gros tournoi regroupant des joueurs de 11 et 12 ans au monde, soit le Tournoi international pee-wee de Québec qui aura lieu en février 2020.

Publicité
Activer le son

En étant classés au premier rang dans la région Richelieu avec une fiche de 11-1-1, les chances étaient bonnes pour les Mariniers d’en faire partie, malgré que les organisateurs refusent tout de même la plupart des candidatures en raison de la popularité de l’événement.

« C’est tellement un gros happening. Pour les joueurs, c’est une expérience dont ils vont se souvenir toute leur vie », résume M. Desgagnés.

Deux fois en quatre ans

L’entraîneur parle en connaissance de cause. Il s’agira de la deuxième participation d’une équipe soreloise à ce tournoi en quatre ans. En février 2017, c’est aussi lui qui était l’entraîneur-chef de l’équipe des Mariniers. Son garçon Mathis faisait partie de la formation, alors qu’en février prochain, ce sera au tour de Benjamin, son cadet, de patiner sur la glace du Centre Vidéotron.

« En 2017, les enfants avaient tellement aimé l’expérience. On leur avait fait faire un chandail spécial pour l’occasion qu’ils ont pu garder par la suite. Ce sera la même chose cette année grâce à la commandite de la mère d’un joueur. Quand tu arrives là-bas, au Centre Vidéotron, c’est impressionnant. Il y a quatre ans, on était dans la chambre des Remparts. L’entraîneur de l’époque, Philippe Boucher, nous avait fait visiter les lieux. Les jeunes et même les coachs étaient impressionnés! », raconte Luc Desgagnés.

Le truc pour vivre une expérience encore plus impressionnante? La réponse de l’entraîneur peut sembler loufoque. « C’est de gagner le premier match! Théoriquement, on a le droit de le perdre, mais si on le perd, on joue dans d’autres arénas. Si on le gagne, on reste au Centre Vidéotron tout le long. En 2017, on avait gagné nos deux premiers matchs, puis perdu le troisième, mais on a vécu l’expérience au complet dans le grand Centre Vidéotron, ce qui a ajouté un certain cachet. »

Expérience comme joueur

La dernière équipe de Sorel-Tracy ayant participé à ce tournoi avant celle de 2017 remonte aussi loin qu’en 1985. Luc Desgagnés en faisait partie.

« C’est assez spécial que j’aie vécu ça comme joueur, puis que mes deux gars le vivent à leur tour plusieurs années plus tard. Même si ce n’était pas la même ampleur à l’époque, c’était quand même encore le plus gros tournoi du genre. Sauf qu’aujourd’hui, c’est un autre monde. Avec le film Pee-Wee 3D qui a été tourné à Québec et qui est sorti il y a quelques années, les jeunes s’identifient à ça. Se rendre à ce tournoi, c’est tout un accomplissement pour eux. Nous, comme entraîneurs et parents, notre rôle, c’est de leur faire vivre leur expérience à fond », conclut l’entraîneur-chef des Mariniers, qui est épaulé par ses adjoints Benoit Mondou, Alexis Millette et Philippe Gadbois.

Comme se rendre à ce tournoi coûte environ 8000 $, une campagne de financement est en cours auprès des membres de l’équipe. Chacun des enfants doit trouver un commanditaire et vendre des billets de tirage pour assister à un match des Canadiens de Montréal.

Fondé en 1960, le tournoi a accueilli les plus grands noms du hockey au fil des années. Bon an mal an, environ 120 équipes y participent et plus de 200 000 spectateurs assistent aux compétitions.

image