13 février 2019
MRC de Pierre-De Saurel
Les maires s’entendent sur le budget 2019
Par: Julie Lambert

Le budget de la MRC de Pierre-De Saurel a été adopté par les maires après quelques mois de retard. Photo Julie Lambert | Les 2 Rives ©

Les maires de la MRC de Pierre-De Saurel ont adopté à l’unanimité le budget 2019 de l’organisme après trois mois de discussions tendues. Des discordes entre les conseillers régionaux avaient retardé son adoption puisqu’ils ne s’entendaient pas sur certains points, dont la rémunération des élus, celles des employés de la MRC ainsi que sur ses règles de gouvernance.

À lire aussi: – Une étude sur la gouvernance lancée à la MRC de Pierre-De Saurel

Lors de l’adoption du budget en novembre 2018, le maire de Sorel-Tracy, Serge Péloquin, avait montré son désaccord sur ces éléments du budget. Il déplorait également certaines règles entourant la nomination des membres du conseil des maires sur les comités, souhaitant que Sorel-Tracy soit d’office sur celui du parc éolien. Il ne voulait pas non plus accepter une hausse salariale des employés de la MRC après une analyse afin de les ajuster aux autres régions.

L’adoption a été reportée au début de l’année, mais entretemps, il y a eu des sorties publiques de part et d’autre afin de dénoncer ces problématiques. Sorel-Tracy a même exigé une analyse des rôles et des responsabilités de chacun à la MRC de Pierre-De Saurel.

Adoption tardive

Après une pause, les discussions ont repris et celles-ci ont porté fruit puisque le budget a été adopté dans son intégralité lors de la séance publique du 13 février, s’est réjoui le préfet de la MRC de Pierre-De Saurel, Gilles Salvas

« La majorité des maires étaient pour l’adoption du budget en novembre, mais le maire de la ville-centre s’opposait à certains éléments. On s’est dit qu’il faudrait l’accepter, sinon nous aurions eu des délais qui nous amenaient à la fin mars. Il faut quand même que la MRC ait des entrées d’argent pour soutenir les services offerts à la population. M. Péloquin a accepté d’adopter le budget intégralement à certaines conditions et on était prêts à s’asseoir pour accepter la demande d’analyse sur la gouvernance  », a expliqué le maire Salvas.

Le maire de Sorel-Tracy, Serge Péloquin, était content de l’appui des maires à ses demandes puisqu’il souhaitait seulement qu’une analyse soit réalisée afin que les discussions sur certains éléments de gouvernance ne mènent plus à ce genre de mésentente.

« Nous aurions dû faire cet exercice depuis longtemps. Il a fallu la crise avant les fêtes où j’ai mentionné que je ne continuerai pas comme ça. Je me suis braqué et je vais continuer de me braquer. On a utilisé cette période pour trouver une solution. Nous avons fait des recherches et proposé cette option. Le budget a été adopté tel quel et il n’est plus question de jouer là-dedans. Je ne voulais pas les contrarier non plus, mais je priorise une méthode work in progress lorsque nous aurons les résultats de l’étude. Le budget n’est pas parfait selon moi, mais les maires vont amener éventuellement des correctifs », espère-t-il.

Pas de hausse significative

Le règlement sur le traitement des élus a été déposé et sera adopté en mars prochain. Le préfet recevra entre autres un salaire de 19 520,30 $ tandis que les conseillers régionaux auront 6 506,77$. Les salaires et les allocations de dépenses se chiffraient depuis 2012, sauf au niveau de l’inflation, respectivement à 16 448$ pour le préfet et 5 483$ pour les autres maires. Les salaires seront rétroactifs au 1er janvier.

Les membres du conseil recevront également 250 $ par comité pour l’année afin d’ajuster leurs dépenses aux demandes fédérales. Même si la hausse de salaire des employés de la MRC de Pierre-De Saurel a été acceptée lors du budget, celle-ci est actuellement gelée en raison des négociations actuellement en cours entre l’employeur et le nouveau syndicat formé.

Selon le préfet, ce budget 2019 est « très réaliste et raisonnable ». Une légère hausse d’environ 1 % a été enregistrée sur celui de 2018 et la plupart des dépenses sont restées sensiblement les mêmes, selon lui.

« On est conscients des coûts et le budget n’a pratiquement pas augmenté depuis quelques années. C’est pratiquement le statu quo sur 2018. Nous ne voulions pas augmenter les dépenses, car on sait très bien que ce sont toujours les contribuables qui paient. On a fait un budget très terre-à-terre et très raisonnable », assure Gilles Salvas.

image