20 novembre 2015
Les indépendantistes ressortent les affiches du référendum de 1995
Par: Louise Grégoire-Racicot
Les affiches du référendum de 1995 que proposent de remettre à l’honneur les indépendantistes Sylvain Rochon, Martin Lajeunesse et Louis Plamondon. | Photo: Gracieuseté

Les affiches du référendum de 1995 que proposent de remettre à l’honneur les indépendantistes Sylvain Rochon, Martin Lajeunesse et Louis Plamondon. | Photo: Gracieuseté

Les porte-étendards de l’indépendance du Québec dans Richelieu redéploient leur option, qu’ils soient du Parti Québécois, du Bloc Québécois, d’Option nationale ou de la Société Saint Jean Baptiste Richelieu-Yamaska.

Converger en ce 20e anniversaire du référendum sur la souveraineté leur apparaît opportun. Ils amorcent ensemble une campagne d’affichage à l’effigie du pays à bâtir.

Leur objectif: remettre l’indépendance du Québec au goût du jour. Les affiches du OUI si populaires en 1995 seront de nouveau mises en vedette, explique le député péquiste Sylvain Rochon.

« Les gens peuvent en acheter et les installer sur leur propriété. Il est temps que les Québécois prennent leur pays en main. Qu’ils lui donnent sa première vraie chance. Avec les indépendantistes de tous les horizons politiques, nous voulons recréer l’unité qui a fait la force du mouvement en 1995. »

Pour la présidente du Parti, Hélène Paris, il est important que les indépendantistes parlent tous le même langage. « Je suis très contente de ce renouvellement des façons de dire et de faire qui mènera à l’établissement d’un nouvel argumentaire solide et partagé avec les militants. »

Cette vision s’inscrit bien dans la perspective d’Option nationale, explique son président dans Richelieu, Jean-François Tremblay, dont le parti propose déjà la refondation du mouvement indépendantiste.

« Il nous faut un engagement clair à réaliser l’indépendance entre 2018 et 2022 en sollicitant ceux qui ont connu le référendum de 1995 et ceux qui, à l’époque, étaient trop jeunes pour se prononcer. »

Ils parleront tous d’indépendance, mais, note-t-il, chaque parti reste maitre de sa stratégie. « L’objectif est de rallier le plus de monde à l’option qui sera cette fois claire », complète-t-il, rappelant qu’Option Nationale a déjà mis en circulation un livre sur la question.

Notons que chacun déplore le fait que Québec solidaire ne soit pas joignable dans la circonscription.

Plus large que le seul comté de Richelieu

Le président de la Société Saint‑Jean‑Baptiste Richelieu-Yamaska (SSBRY) et président du Bloc Québécois, Martin Lajeunesse abonde dans le même sens.

« Nous allons, comme Pierre Karl Péladeau le souhaite, vers un mouvement national où la société civile est partie prenante. »

L’objectif est de renouveler le discours référendaire pour rejoindre aussi les jeunes plus mondialistes, dit-il. « C’est bon aussi de militer pour l’indépendance et non pour le pouvoir », complète-t-il.

Des militants indépendantistes de tous les partis politiques l’ont appuyé et ont travaillé à son élection, révèle le député bloquiste Louis Plamondon. « Il s’agit d’une belle démonstration que le mouvement indépendantiste peut unir ses forces. Avec le prochain rendez-vous électoral de 2018 en vue, il est maintenant temps de rebâtir la magnifique coalition de 1995 », a affirmé Louis Plamondon.

image