27 novembre 2018
Les Franciscains offrent un legs de 50 000$ à l’ADIRS
Par: Jean-Philippe Morin

Le maire de Sorel-Tracy Serge Péloquin, le président du c.a. de l'ADIRS Jean Dumas, la directrice générale de l'ADIRS Julie Trudeau, un des Franciscains Aimé Do Van Thong et le syndic des Franciscains Simon Grondin (Photo : Jean-Philippe Morin)

L’Association de la déficience intellectuelle région Sorel-Tracy (ADIRS) a reçu un cadeau inespéré à moins d’un mois de Noël. Les Franciscains, qui ont quitté Sorel-Tracy en 2011, apprécient toujours autant la région et ils en ont fait la preuve en offrant un don de 50 000$ à l’organisme.

L’ADIRS utilisera cet argent pour construire un monte-personne dans ses locaux du 1275, chemin des Patriotes à Sorel-Tracy. Il restera entre 20 000$ et 25 000$ à amasser pour payer la balance de la somme nécessaire à la réalisation de ce projet.

« Pour l’instant, ce n’est pas l’ensemble de nos membres qui peuvent accéder au sous-sol, explique la directrice générale de l’ADIRS, Julie Trudeau. Parmi nos 300 membres, dont 150 ont une déficience intellectuelle ou un trouble du spectre de l’autisme, nous avons des gens de différents âges et certains sont à mobilité réduite. Nous sommes extrêmement reconnaissants de ce don. »

La Ville de Sorel-Tracy s’engage à conserver le montant de 50 000$ dans ses coffres jusqu’à ce que les travaux soient menés à terme. L’organisme espère les débuter en 2019.

L’ADIRS a une entente de location valide avec un particulier pour les 10 prochaines années et renouvelable dans ses locaux actuels. Advenant un déménagement, la Ville de Sorel-Tracy s’engage à relocaliser l’équipement financé par le don.

Un legs

Le syndic des Franciscains pendant environ 40 ans, Simon Grondin, a souligné que malgré leur départ de la région en 2011 après 88 ans, le groupe religieux est toujours resté attaché à Sorel-Tracy.

« Quand ils ont quitté, ils ont convenu qu’un montant pouvait être versé à un organisme dans la région. Le processus pour trouver cet organisme et choisir le projet a duré environ trois ans, mais en rencontrant le maire et l’ADIRS, il a été convenu que le projet de monte-personne était retenu », souligne M. Grondin.

Un des Franciscains, Aimé Do Van Thong, abonde dans le même sens. « On a travaillé avec la population de Sorel-Tracy pendant 88 ans. On a beaucoup reçu des gens pendant ce temps, c’est à nous de leur redonner. »

image