27 octobre 2015
Les facteurs poussent un soupir de soulagement
Par: Julie Lambert
Le projet de boîtes postales communautaires de Postes Canada a été mis sur la glace, au grand soulagement des employés de la poste de la région. | Photo: TC Média – Pascal Cournoyer

Le projet de boîtes postales communautaires de Postes Canada a été mis sur la glace, au grand soulagement des employés de la poste de la région. | Photo: TC Média – Pascal Cournoyer

Les employés de la poste de Sorel-Tracy se réjouissent de la décision de Postes Canada de suspendre temporairement son programme d’implantation de boîtes postales communautaires pour remplacer la livraison de courrier à domicile en attendant que le nouveau gouvernement libéral soit en place.

Publicité
Activer le son

La société d’État à fait cette annonce, hier, par voie de communiqué. « Nous allons collaborer avec le gouvernement du Canada afin de déterminer la meilleure voie à suivre étant donné les défis constants auxquelles est confronté le système postal canadien », pouvait-on lire.

Cette décision toucherait environ 460 000 adresses au pays pour lesquelles la conversion aux boîtes postales devait avoir lieu en novembre et décembre 2015 ainsi que pendant l’année 2016.

Le président du Syndicat des employés de la poste du secteur Sorel-Tracy, André Richer, se réjouit de cette nouvelle. Les 32 facteurs et les quatre commis auront la chance de conserver leurs emplois encore quelque temps, mentionne-t-il.

« On nous a informés ce matin (27 octobre) que le programme était mis sur la glace pour 2015 et 2016. Il y aura des rencontres entre le gouvernement et Postes Canada pour décider de la marche à suivre. On a été surpris, mais nous étions très contents », explique-t-il.

Emplois de qualité en péril

La fin de la livraison du courrier à domicile et de la conversion à des boîtes postales pouvait réduire jusqu’à 50% des effectifs si elle se poursuivait dans la région, soutient le président. Cette décision a donc créé une vague de soulagement dans les rangs, affirme-t-il.

« Nous devions réduire nos routes de 32 à 16, ce qui aurait fait passer nos facteurs de 32 à 20 sans compter les coupes dans les postes de commis. Nous avons eu beaucoup de départs à la retraite et de nouveaux employés sont entrés en poste. S’il n’y a pas de coupures, cela sécurisera les employés qui peuvent garder encore longtemps de bons emplois », souligne M. Richer.

Selon lui, la société d’État devra agir rapidement puisque les conventions collectives des facteurs ruraux et urbains se termineront respectivement en décembre 2015 et en janvier 2016.

Il pense que l’entreprise doit explorer d’autres avenues pour assurer sa rentabilité comme l’ont fait d’autres pays au cours des dernières années. Couper les services et augmenter les tarifs ne sont pas une solution viable à long terme, croit-il. Il espère donc que les discussions entre les deux parties porteront leurs fruits au cours des prochaines semaines.

Cette semaine, Postes Canada avait déjà cessé de livrer le courrier à domicile dans plusieurs villes du Québec comme Blainville, Sainte-Thérèse, Saint-Jérôme, Farham, Cowansville, Chicoutimi et Jonquière.

Postes Canada n’a toujours pas retourné l’appel du Journal.

image