14 mai 2018
Les Éperviers champions de la Ligue nord-américaine de hockey
« C’est le plus beau feeling que j’ai eu dans ma carrière de hockey » – Sébastien Rioux
Par: Jean-Philippe Morin

Le directeur général et entraîneur-chef des Éperviers, Christian Deschênes, soulève la Coupe Vertdure pour la deuxième fois de sa carrière, mais la première fois comme entraîneur. Il avait gagné le trophée avec Sherbrooke en 2006. (Photo: Michel Sévigny)

Après 20 ans d’attente, la ville de Sorel-Tracy peut finalement savourer un triomphe. Les Éperviers ont été sacrés champions de la Ligue nord-américaine de hockey (LNAH) le 11 mai après une victoire en six matchs contre les 3L de Rivière-du-Loup.

Pour plus de photos de la victoire des Éperviers, cliquez ici.

Les Éperviers ont gagné le match #5 par la marque de 5-1 au Colisée Cardin le 10 mai, puis ils ont également récolté une victoire de 5-1 le lendemain, à Rivière-Du-Loup, pour se sauver avec la série et le titre.

Les unités spéciales y ont été pour beaucoup dans ces deux victoires, alors que les Sorelois ont marqué cinq buts en neuf occasions en avantage numérique et n’en ont accordé aucun en 10 occasions en désavantage numérique.

Au terme du sixième match, l’émotion était à son comble sur la glace du Centre Premier Tech de Rivière-du-Loup, alors que les joueurs s’enlaçaient au son de « We are the champions ». L’équipe soreloise était la seule parmi les formations du circuit à n’avoir jamais remporté de coupe. Les Éperviers ont pourtant atteint la finale trois fois lors des quatre dernières saisons et quatre fois en six ans.

« On a réussi! De soulever la coupe, c’est le plus beau feeling que j’ai eu dans ma carrière de hockey », raconte le capitaine Sébastien Rioux.

Ce dernier n’était pas certain de jouer cette année. Il a été parmi les derniers à signer le contrat. Aujourd’hui, il ne regrette aucunement sa décision. « Avec le boulot, la famille, c’était décidé que je revenais pour une dernière saison et c’était déjà prévu que je ne serais pas de retour l’an prochain. D’avoir la coupe au bout des bras, c’est la conclusion rêvée. »

Quant au directeur général et entraîneur-chef Christian Deschênes, il devient le premier entraîneur-chef recrue à remporter le titre à sa première saison derrière un banc de la LNAH après avoir arrêté une carrière de joueur.

« Les attentes des fans étaient tellement fortes. On voulait leur donner ça, tout comme aux gens de la Ville et aux commanditaires qui ont cru au projet de hockey senior à Sorel-Tracy. Ce trophée leur appartient aussi. Plusieurs partisans suivent l’équipe depuis tellement longtemps qu’on ne voulait pas se retrouver comme lors des dernières années avec les mains vides. La pression était forte et les gars ont livré la marchandise. Partout où j’allais, on me disait que ça allait être notre année. J’avais peur que si on ne la ramenait pas, j’allais devoir déménager! », lance-t-il en riant.

Un support inconditionnel des partisans

Selon Christian Deschênes, le point tournant des séries aura été le match #5 contre l’Assurancia de Thetford Mines, alors que les Éperviers tiraient de l’arrière 1-3 dans la demi-finale. Les Sorelois n’avaient plus le droit à l’erreur, mais ils ont été transportés par leurs partisans.

« Quand on a vu qu’il y avait plus de 2000 partisans dans les estrades un jeudi soir, alors que la plupart travaillaient le lendemain, on savait qu’ils n’avaient pas abandonné. C’est l’élément déclencheur de notre remontée. S’il y avait eu 1200 ou 1300 personnes, ça n’aurait pas été le même message. C’est là qu’on s’est dit qu’on n’avait pas le choix de tout donner et que personne ne lâcherait », relate Christian Deschênes.

Le capitaine Sébastien Rioux abonde dans le même sens. « C’est ma 8e saison avec les Éperviers, et c’est vraiment l’année où j’ai senti que l’engouement était le plus présent, autant à l’aréna que dans la ville. Des gens que je connais, mais aussi que je ne connais pas, m’en parlaient tous les jours. On voyait que les partisans prenaient ça à cœur, ça nous poussait à se donner à fond », relate Sébastien Rioux.

Cousineau, le plus utile

Le gardien de but Marco Cousineau a été nommé le joueur le plus utile des séries. Il a récolté 10 victoires en 15 parties et a affiché une moyenne de buts alloués de 2,28 avec un pourcentage d’arrêt de 0,923.

« C’est tout à son honneur. À partir de la dernière fin de semaine contre Trois-Rivières, il faisait deux entraînements par semaine avec Stéphane Ménard, l’entraîneur des gardiens, à part des entraînements de l’équipe. Il s’est préparé adéquatement, ce qui lui a permis d’être dans une excellente forme physique malgré son absence des patinoires pendant plusieurs mois cette saison », explique l’entraîneur.

D’autres joueurs se sont démarqués dans le camp sorelois. Le trio composé de Kevin Gadoury (10 buts et 20 passes), Étienne Brodeur (10 buts et 19 passes) et Marc-André Bernier (13 buts et 11 passes) a dominé ses adversaires tout au long des séries. David Massé, qui a joué blessé presque tout au long des matchs éliminatoires, a récolté 10 buts en neuf parties. Quant au défenseur Mathieu Dumas, il a fini les séries avec une fiche de +11 en 19 parties tout en passant plus de 30 minutes par match sur la glace et en affrontant les meilleurs trios adverses.

« Tous ces joueurs auraient aussi pu gagner le titre de meilleur joueur des séries. Au final, ce n’est pas ce trophée que les joueurs convoitaient, mais bien le plus gros des deux! », souligne Christian Deschênes.

Place aux célébrations

Maintenant que la saison est terminée, les Éperviers guériront leurs bobos. Maxime Ouimet a eu la main fracturée à deux endroits, David Massé s’est fracturé le pouce, Louis Mandeville a eu une luxation à l’épaule et Sébastien Rioux avait une côté fêlée et un pied amoché. Trois de ces quatre joueurs étant des défenseurs, le Sorelois Adam Bourque a dû jouer autant à l’attaque qu’en défense pendant les séries.

« Tout le monde a des bobos, mais ça fait partie de la game, mentionne Sébastien Rioux. Des gars de Rivière-du-Loup aussi étaient blessés. Après trois séries aussi physiques, ce ne serait pas normal que quelqu’un n’ait pas mal quelque part! »

Le drapeau de Sorel-Tracy a flotté le 14 mai à l’hôtel de ville de Rivière-du-Loup pendant une journée. Le maire de Sorel-Tracy, Serge Péloquin, a remporté son pari contre la mairesse de Rivière-du-Loup, Sylvie Vignet. Il y a deux ans, alors que les Éperviers ont été battus en finale contre les 3L, le drapeau de Rivière-du-Loup avait alors flotté à l’hôtel de ville de Sorel-Tracy pendant une journée.

Christian Deschênes prépare un rassemblement avec les partisans le samedi 26 mai ou le 2 juin à Sorel-Tracy. L’endroit reste à confirmer.

image