5 mars 2018
Les Éperviers arrivent gonflés à bloc en séries
Par: Jean-Philippe Morin
Les Éperviers ont gagné 6-3 contre les Draveurs le 2 mars dans ce qui était le prélude d'un affrontement en séries. (Photo : Pascal Cournoyer)

Les Éperviers ont gagné 6-3 contre les Draveurs le 2 mars dans ce qui était le prélude d'un affrontement en séries. (Photo : Pascal Cournoyer)

Les Éperviers ont gagné 6-3 contre les Draveurs le 2 mars dans ce qui était le prélude d'un affrontement en séries. (Photo : Pascal Cournoyer)

Les Éperviers ont gagné 6-3 contre les Draveurs le 2 mars dans ce qui était le prélude d'un affrontement en séries. (Photo : Pascal Cournoyer)

Les Éperviers ont gagné 6-3 contre les Draveurs le 2 mars dans ce qui était le prélude d'un affrontement en séries. (Photo : Pascal Cournoyer)

Les Éperviers ont gagné 6-3 contre les Draveurs le 2 mars dans ce qui était le prélude d'un affrontement en séries. (Photo : Pascal Cournoyer)

Les Éperviers ont gagné 6-3 contre les Draveurs le 2 mars dans ce qui était le prélude d'un affrontement en séries. (Photo : Pascal Cournoyer)

Les Éperviers ont gagné 6-3 contre les Draveurs le 2 mars dans ce qui était le prélude d'un affrontement en séries. (Photo : Pascal Cournoyer)

Les Éperviers ont gagné 6-3 contre les Draveurs le 2 mars dans ce qui était le prélude d'un affrontement en séries. (Photo : Pascal Cournoyer)

Les Éperviers ont gagné 6-3 contre les Draveurs le 2 mars dans ce qui était le prélude d'un affrontement en séries. (Photo : Pascal Cournoyer)

Les Éperviers de Sorel-Tracy ont conclu leur calendrier régulier avec deux victoires, les 2 et 3 mars, même s’ils étaient assurés de terminer au premier rang du classement général. La série quart de finale contre les Draveurs de Trois-Rivières, qui débute le 9 mars à 20h au Colisée Cardin, promet d’être excitante, selon l’entraîneur-chef Christian Deschênes.

D’un côté, les Sorelois n’ont pas perdu en temps réglementaire à leurs 13 derniers matchs. Leur dernière défaite en pareille circonstance est survenue le 6 janvier. De l’autre, les Draveurs n’ont gagné que 11 matchs sur les 36 disputés cette saison. Ils ont subi sept défaites de suite pour conclure l’année. Leur dernière victoire remonte au 2 février, un gain en prolongation contre les Éperviers.

« C’est certain qu’on est confiants, mais de mon côté, c’est mon rôle de rappeler que la game est complètement différente en séries, souligne le pilote des Éperviers, Christian Deschênes. En fin de saison, ils [les Draveurs] étaient assurés de terminer au dernier rang, alors qu’on se battait pour le championnat de la saison. Les matchs ne voulaient pas dire la même chose pour les deux formations. Ce serait une erreur d’arriver en séries en pensant que Trois-Rivières va jouer comme en saison. »

Le match du vendredi 2 mars, disputé au Colisée Cardin, était en quelque sorte un prélude aux séries éliminatoires. Les deux équipes savaient qu’elles allaient croiser le fer à nouveau une semaine plus tard. Après avoir pris les devants après une période, les Draveurs se sont écroulés en deuxième, laissant les Éperviers marquer cinq buts sans riposte. Les Sorelois l’ont finalement emporté 6-3.

« Ils ont amenés leur robustesse, mais on leur a montrés qu’on était maîtres chez nous. Je m’attends à une série intense, mais c’est dur de dire si ce sera aussi robuste. Tout dépend de ce qu’ils vont mettre comme effectifs sur la glace. Tout le monde est revenu de leur côté, ils n’ont plus de blessés. Ceci étant dit, on a notre identité et on est capables de jouer contre n’importe quel style. Ce n’est pas à nous de s’adapter, ce sera à eux de s’adapter à nous », avance Christian Deschênes.

Les Éperviers ont gagné 6-3 contre les Draveurs le 2 mars dans ce qui était le prélude d’un affrontement en séries. (Photo : Pascal Cournoyer)

Des joueurs motivés

La semaine avant les séries en est toujours une spéciale, croit l’entraîneur. La pratique de mercredi servira à peaufiner les détails et ajouter une dernière touche aux unités spéciales, notamment en regardant des vidéos. M. Deschênes est en certain : il n’a aucun besoin de motiver ses joueurs à ce temps-ci de l’année.

« Tu as beau avoir le meilleur système au monde, quand 50% des joueurs embarquent, ça ne marche pas. Par contre, tu peux avoir un système plus simple, efficace et adopté par 100% des joueurs comme c’est le cas pour nous, ça va fonctionner. C’est la force de notre équipe : tout le monde connaît le plan de match et l’adopte. Les gars sont impliqués et motivés », complimente l’ancien numéro 8.

Le pilote des Éperviers ressent cette pression de gagner la Coupe Vertdure. Jamais une équipe soreloise de la LNAH n’a gagné le précieux trophée. En terminant au premier rang, les Éperviers sont conscients que cette pression est forte.

« Il ne se passe pas une journée où je ne me fais pas parler des séries et de la coupe. On est chanceux d’avoir de bons partisans et de bons partenaires. Il faut prendre cette pression et vivre avec; on sait que les attentes sont hautes. On invite d’ailleurs les partisans qui nous ont un peu ou pas suivis pendant la saison à venir nous voir en séries et nous encourager », conclut Christian Deschênes.

Dans les autres séries, les Marquis de Jonquière, qui ont terminé au deuxième rang, se frotteront au Cool FM de Saint-Georges-de-Beauce, tandis que les 3L de Rivière-du-Loup, troisièmes, affronteront l’Isothermic de Thetford Mines, quatrième.

image