14 septembre 2015
Les enseignants voteront un mandat de grève
Par: Sarah-Eve Charland
Les enseignants ont manifesté en juin dernier. | TC Média - Sarah-Eve Charland

Les enseignants ont manifesté en juin dernier. | TC Média - Sarah-Eve Charland

Alors que les négociations pour le renouvellement de la convention collective dans la fonction publique stagnent, les enseignants de la région voteront un mandat de grève le 16 septembre prochain.

Le Syndicat de l’enseignement du Bas-Richelieu invitera ses membres à voter pour un mandat de six jours de grève et sur le ralliement à la Fédération des syndicats de l’enseignement, ce qui signifie que les enseignants de la région suivront les décisions du front commun.

« Les autres moyens de pression continuent. Le vote de grève est le moyen ultime. Il est certain qu’on préférait ne pas se rendre là », affirme la présidente par intérim du syndicat, Lisette Trépanier.

Les autres moyens de pression ont été votés unanimement à la fin de la dernière année scolaire. Les enseignants travailleront 35 heures ni plus ni moins. Ils ne pourront donc plus donner de récupération sur l’heure du midi ni participer à des comités comme celui de la bibliothèque, des activités d’accueil ou des activités de Noël.

Le Syndicat de l’enseignement du Bas-Richelieu ne fait pas partie de la Fédération autonome de l’enseignement, dont 34 000 de ses membres seront en grève le 30 septembre.

« La décision prise le 16 septembre sera acheminée au front commun qui fera part par la suite des directives. Cela veut dire que les journées de grève n’auront pas lieu avant la mi-octobre si cela est adopté », précise Mme Trépanier.

Le Syndicat de l’enseignement se compose de 600 membres de niveau primaire, secondaire, professionnel et aux adultes.

Les négociations entre le Conseil du trésor et les syndicats stagnent, allègue la présidente. Elles perdurent depuis le début de l’année 2015 et achoppent sur les clauses touchant les services à l’élève, les ratios, le salaire et le régime de retraite.

image