21 septembre 2015
Les employés se préparent à monter aux barricades
Par: Sarah-Eve Charland

Les employés du centre hospitalier de Sorel-Tracy se préparent à monter aux barricades. Les négociations pour le renouvellement de la convention collective dans la fonction publique tardent à avancer, frustrant ainsi les salariés de la région.

« On ne demande pas la mer à boire. On demande des offres décentes. […] C’est une négociation directive. C’est la première fois que je vois ça et c’est ma 3e négociation », affirme la vice-présidente de la CSN en Montérégie et présidente du Syndicat des employés de bureau, Micheline Charron.

La semaine dernière, les membres du Syndicat des employés paratechniques, services auxiliaires et de métier (CSN 2) et du Syndicat des employés de bureau (CSN 3) se sont prononcés en faveur d’un mandat de grève de six jours.

Les membres de la CSN 2 ont adopté le mandat à 89% alors que les membres de la CSN 3 ont adopté le mandat à 82%. Les membres de la CSN ont aussi voté en faveur d’un mandat de grève au centre hospitalier de Longueuil (90%) et de Saint-Hyacinthe (93%).

Les membres du Syndicat FSSS-CSN de la Résidence Sorel-Tracy ont aussi adopté à 100% le mandat de grève.

La crainte d’un décret plane au-dessus des différents syndicats. C’est aussi le cas pour l’Alliance du personnel professionnel et technique de la santé (APTS). Les membres de ce syndicat voteront le 22 septembre.

« Le gouvernement n’est pas à l’écoute. Durant des négociations, on essaie de se rejoindre de part et d’autre dans nos offres. En ce moment, ce n’est pas le cas », explique le président de l’APTS, Joël Bélanger.

Les syndicats ont fait plusieurs manifestations au printemps dernier. Les employés de bureau portent également des chandails pour dénoncer les offres patronales. Ces moyens de pression n’ont pas eu d’impact, souligne M. Bélanger.

Le 3 octobre, le front commun national organise une manifestation à Montréal. Des autobus partiront de Sorel-Tracy pour se rendre à l’événement. Les personnes intéressées peuvent consulter la page Facebook Spbtpa Pierre-De Saurel.

La Fédération interprofessionnelle de la santé au Québec (FIQ) qui regroupe les infirmiers à Sorel-Tracy n’a pas encore eu le mandat de proposer un vote de grève à ses membres, affirme la présidente, Cécile Page. Elle espère obtenir plus d’informations lors du conseil fédéral qui se déroulera au début du mois d’octobre.

Un employeur prêt

« On ne commente pas le contenu des négociations. Pour ce qui est des mandats de grève, tout ça est encadré par la loi. Les établissements sont préparés à cette éventualité. Tous les services continueront à être offerts à la population », assure la porte-parole du ministère de la Santé, Noémie Vanheuverzwijn.

Le centre hospitalier de Sorel-Tracy est prêt à faire face à l’éventuelle vague de grèves qui s’annonce pour plusieurs syndicats. Tous les services continueront à être offerts à la population, assure la direction.

Tel que convenu dans la loi des services essentiels, un pourcentage des prestations de services devra être assumé malgré le déclenchement d’une grève.

« En général, la population ne verra pas beaucoup de différence. Il peut y avoir un certain ralentissement, mais il n’y aura aucun bris de service », affirme le directeur adjoint – Partenariat et affaires juridiques, Mario Morissette.

Les services à l’urgence, en soins intensifs, en oncologie et en hémodialyse seront maintenus à 100%. D’autres services seront maintenus à 80%, comme ceux en CHSLD.

« Comme employeur, on doit se préparer quelques mois avant le déclenchement des grèves afin de s’assurer que les balises soient respectées. […] On a rencontré la majorité des syndicats, ce qui a permis de conclure des ententes avec chacun d’entre eux au cours des derniers mois », explique-t-il.

image