13 février 2019
Centres d'hébergement en Montérégie-Est
Les employés exigent des soins sécuritaires pour les patients
Par: Julie Lambert

Les professionnelles en soins de la Montérégie-Est réclament plus de conditions humaines et de soins sécuritaires dans les centres d'hébergement. Photothèque | Les 2 Rives ©

Le Syndicat des professionnelles en soins de la Montérégie-Est (FIQ-SPSME) a lancé, le 13 février, un cri du cœur à la direction du Centre intégré de santé et de services sociaux de la Montérégie-Est (CISSSME). Il dénonce le manque de soutien envers son personnel qui est à bout de souffle et demande la mise en place des conditions humaines de travail ainsi que des soins plus sécuritaires pour les patients des centres d’hébergement de la région.

Dans un communiqué, le syndicat déplore que malgré plusieurs mois de discussion et des solutions proposées pour la mise en place de meilleures conditions et de soins sécuritaires, aucune action n’a été prise par la direction même après une rencontre le 29 janvier dernier.

« On pensait que l’employeur entendrait les nombreux appels de détresse de nos membres et apporterait des solutions prometteuses pour combattre la surcharge de travail dénoncée et offrir de meilleurs soins à la population. […] On est au début d’une démarche de contestation juridique, qui va faire la différence pour améliorer la qualité et la sécurité des soins. […] Nous n’allons plus soutenir le réseau à bout de bras. L’employeur doit prendre ses responsabilités et faire pression sur le gouvernement s’il le faut », a réagi le président du FIQ-SPSME, Jean-Michel Varin.

Le FIQ-SPSME représente 3 782 infirmiers, infirmiers auxiliaires, inhalothérapeutes et perfusionnistes cliniques en Montérégie.

La direction du CISSSME est actuellement en train de prendre connaissance du communiqué et répondra aux questions du journal Les 2 Rives sous peu.

image