11 décembre 2015
Les employés de la production écopent chez Rio Tinto
Par: Julie Lambert
La situation se clarifie peu à peu chez Rio Tinto Fer et Titane. | Photo: TC Média - Pascal Cournoyer

La situation se clarifie peu à peu chez Rio Tinto Fer et Titane. | Photo: TC Média - Pascal Cournoyer

Parmi les 120 travailleurs remerciés par l’entreprise Rio Tinto dans le cadre de son plan de réduction des dépenses, une cinquantaine sont des employés reliés à la production ou des commis-techniciens.

Le plan de réduction des dépenses de la firme spécialisée McKinsey a commencé à être mis en application depuis deux semaines chez Rio Tinto Fer et Titane.

En tout, 120 travailleurs seront mis à pied au cours des prochaines semaines dans l’entreprise, soit 70 cadres et 50 employés horaires, en raison des conditions du marché.

« Les 70 postes de cadres abolis incluent des départs à la retraite et des postes vacants dans différents secteurs du complexe, souligne la porte-parole de Rio Tinto, Claudine Gagnon. La cinquantaine de postes sont à la production ainsi que des postes de commis-techniciens. »

Des rencontres sont planifiées dans les secteurs et avec les représentants syndicaux pour présenter les réductions de postes, ajoute Mme Gagnon.

Agir au plus vite

Une rencontre avait lieu, le 10 décembre, avec la direction de l’entreprise et le Syndicat des ouvriers du Fer et Titane. Son président, François Nadeau, ne connaissait pas, pour le moment, quelles installations du complexe métallurgique seraient affectées par ces pertes d’emploi.

« On a demandé à l’employeur d’aviser au plus vite les employés des secteurs concernés. On veut que le climat d’incertitude cesse. On leur a dit de se dépêcher de parler aux gens touchés parce que ce n’est pas drôle pour personne. On s’est assuré avec l’employeur que le programme de retraite demeure actif pour permettre de pallier les coupures de postes », affirme-t-il.

Les rencontres auront lieu au cours des prochains jours, souligne M. Nadeau. Le syndicat s’assurera pendant cette période que l’ancienneté sera respectée tout comme la convention collective des employés.

Le président suivra le dossier de près et évaluera si les récentes décisions de l’entreprise comme la réorganisation n’auront pas d’impact sur la sécurité des travailleurs, conclut-il.

image