19 avril 2016
Les élus se mobilisent pour le prolongement de l’autoroute 30
Par: Sarah-Eve Charland
Le maire de Saint-Robert et préfet de la MRC Pierre-De Saurel, Gilles Salvas, souhaite relancer le dossier du prolongement de l’autoroute 30. | TC Média - Sarah-Eve Charland

Le maire de Saint-Robert et préfet de la MRC Pierre-De Saurel, Gilles Salvas, souhaite relancer le dossier du prolongement de l’autoroute 30. | TC Média - Sarah-Eve Charland

Le tragique accident qui a coûté la vie à deux personnes sur la route 132, à Yamaska, a bouleversé le maire de Saint-Robert et préfet de la MRC Pierre-De Saurel, Gilles Salvas. Appuyé par plusieurs élus, il souhaite remettre sur la table le dossier du prolongement de l’autoroute 30, du moins jusqu’à la route 122.

À lire aussi:

Un face-à-face à Yamaska fait deux morts

La route 132 est trop dangereuse, dénoncent les résidents

Les deux conducteurs toujours dans un état critique

« Quelques secondes de plus et c’était nous » – Geneviève Morin

« Tous les ans, il y a des renversements de camion ou des accidents. Il y a eu plusieurs accidents mortels dans ce coin-là. Le trafic est trop élevé. Je crois que le prolongement de l’autoroute 30 serait la solution pour diminuer le trafic », affirme-t-il.

En 2012, M. Salvas, en compagnie du député de Richelieu de l’époque, Sylvain Simard, a rencontré la direction régionale du ministère des Transports pour discuter de la possibilité de prolonger l’autoroute jusqu’à la route 122. Le projet avait été mis de côté, faute d’argent, raconte-t-il.

« Il faudrait que les élus se serrent les coudes pour une relance de ce dossier », interpelle-t-il.

Selon M. Salvas, près de 70% des conducteurs qui circulent sur la route 132 tournent vers la route 122, la porte d’entrée pour l’autoroute 20. « La route 132 est de plus en plus résidentielle et commerciale. La problématique de la circulation est loin de se résorber. »

Le maire de Sorel-Tracy appuie

Du côté de Sorel-Tracy, le maire Serge Péloquin est sans équivoque. Le prolongement de l’autoroute 30 est nécessaire pour diminuer les risques d’accidents sur la route 132.

« On va appuyer le projet et on va faire toutes les démarches pour remettre le dossier sur la table », assure-t-il.

À Sorel-Tracy, la route 132 présente également certaines problématiques. Avec un achalandage élevé de camions en provenance des entreprises soreloises, on dénombre quelques accidents impliquant des camions qui ont basculé, explique M. Péloquin.

« La route 132 est très dangereuse, pas seulement à Yamaska et à Saint-Robert. Elle l’est également près du rang Nord et entre les deux courbes prononcées. Avec le prolongement de l’autoroute, cela permettrait aux camions d’utiliser la voie rapide. Cela enlèverait beaucoup de stress aux automobilistes. »

Le maire de Yamaska, Louis R. Joyal, ne s’est pas encore penché sur la question depuis les terribles événements. « C’est une option qui pourrait être intéressante. C’est bien évident que cela détournerait la circulation. »

Un projet intéressant

Le député de Richelieu, Sylvain Rochon, ne souhaite pas faire d’amalgame entre le projet d’autoroute 30 et l’accident qui est survenu le 10 avril. « Je ne crois pas qu’on doit associer les deux dossiers. Il faudra attendre les conclusions de l’enquête. »

Toutefois, il s’est montré très intéressé à se pencher sur le dossier du prolongement de l’autoroute 30.

« L’idée d’une voie rapide et sécuritaire jusqu’à la route 122 me plaît. Ce n’est pas une situation optimale. La route est bordée de commerces et de résidences. Pour toutes ces raisons, ça me plaît. Je crois qu’il faut pousser ce dossier. Il faudra peut-être même en faire une priorité », soutient-il.

Il compte également se pencher sur plusieurs dossiers concernant le transport dans la région, comme le pont barré sur le rang St-Thomas, la synchronisation des feux de circulation à Sorel-Tracy et la courbe prononcée près de l’école à Yamaska.

Le Journal a demandé des informations sur ce tronçon de route au ministère des Transports du Québec le lendemain de l’accident, le 11 avril. Avant d’aller sous presse, le 15 avril, aucun porte-parole n’avait retourné nos appels.

image