30 octobre 2018
Octobre 2019
Les élections fédérales se dessinent peu à peu
Par: Sarah-Eve Charland

Claude Carpentier et Louis Plamondon (Photo : Archives/Pascal Cournoyer)

Nicolas Tabah (Photo : Archives/Pascal Cournoyer)

Dans la circonscription de Bécancour-Nicolet-Saurel, les associations locales des principaux partis politiques canadiens sont en pleine préparation moins d’un an avant les élections fédérales qui se dérouleront le 21 octobre 2019. Des candidats se dévoilent déjà.

Publicité
Activer le son

Louis Plamondon à nouveau prêt à se présenter pour le Bloc québécois

Élu depuis 1984, le député sortant et candidat du Bloc québécois, Louis Plamondon, se présente à nouveau aux élections. Malgré les mésententes antérieures au sein du parti, il croit que le Bloc a de bonnes chances de ravir jusqu’à 30 sièges.

« On est confiant. Si on analyse la scène politique, les Libéraux sont en pente descendante, les Conservateurs sont divisés et le Nouveau Parti démocratique (NPD) est en chute libre. On a de la place sur la patinoire. On va la prendre », affirme Louis Plamondon.

Il estime que son plus grand adversaire demeurera le candidat qui se présentera pour le Parti libéral du Canada dans la circonscription. L’agriculture, la pénurie de main-d’œuvre et l’environnement seront les thèmes clés de cette élection, selon le député.

Une campagne de financement sera lancée vers la fin novembre et une autre en février. En ce moment, l’association locale a récolté 70% de son objectif de financement. M. Plamondon compte aussi amasser des sous pour l’organisation nationale et aider d’autres circonscriptions dans leur campagne de financement.

Le Parti conservateur croit en ses chances

Trois personnes démontrent déjà de l’intérêt à se présenter sous les couleurs du Parti conservateur du Canada. L’association locale du Parti conservateur du Canada croit que l’investiture aura lieu dans les prochains mois.

« Ces personnes occupent déjà des postes importants dans leur vie privée. Ils n’ont pas intérêt à se dévoiler trop tôt sinon ils devront quitter leurs fonctions. On a des candidatures intéressantes », assure le président de l’association, Serge Fontaine.

Le comité exécutif a été formé. La campagne de financement sera lancée sous peu. Le Parti conservateur assure sa présence dans la circonscription depuis quelques mois, notamment avec le passage des députés Gérard Deltell et Alain Rayes.

Les mésententes au sein du Bloc québécois pourraient jouer en la faveur du parti, croit M. Fontaine. « Le député actuel a démissionné du Bloc. La chicane était prise. Il est revenu. La population a commencé à comprendre qu’il y a un problème. Ça fait 30 ans que la circonscription est dans l’opposition. On veut travailler dans le sens de l’économie afin d’assurer des emplois de qualité dans la région », soutient-il.

Un candidat se dévoile au Parti libéral

Le candidat pour le Parti libéral du Canada à l’élection de 2015 dans la circonscription, Claude Carpentier, a manifesté son intérêt à se présenter à l’investiture au cours des prochains mois. À l’heure actuelle, aucun autre candidat à l’investiture n’est connu.

Claude Soulière est le président de l’association locale. Il a d’ailleurs participé à la campagne électorale de 2015 avec le candidat dans la circonscription de Manicouagan. De retour dans sa région natale depuis plus de deux ans, il a commencé à faire du porte-à-porte.

« Je demandais aux citoyens si après quelques années de mandat, le gouvernement libéral était dans la bonne direction. Je dirais qu’entre 50% et 55% des gens me disaient oui. L’augmentation des allocations familiales et la réduction des impôts pour la classe moyenne étaient très appréciées. Je dois dire que la légalisation du cannabis, c’était plus partagé », observe-t-il.

L’équipe de bénévoles est prête à effectuer des appels et à faire du porte-à-porte. En décembre, l’association locale planifiera ses activités de financement. La tenue de l’investiture se déroulera lorsque l’organisation du Parti libéral du Canada au Québec le décidera.

Le NPD en reconstruction

Alors qu’il a effectué un retour aux études en droit et qu’il attend son deuxième enfant, le candidat qui s’était présenté pour le NPD en 2015, Nicolas Tabah, demeure intéressé à briguer à nouveau le poste de député. Il occupe le poste de président de l’association locale du parti politique.

« Avec tout ce qui se passe, je vais poursuivre ma réflexion, mais il est très probable que je me lance dans l’investiture. À savoir quand elle se déroulera, je ne sais pas », mentionne-t-il.

À l’heure actuelle, aucune autre personne n’a manifesté son intérêt à l’investiture, observe-t-il. L’association locale travaillera dans les prochains mois à reconstituer son équipe et à lancer les campagnes de financement. M. Tabah compte multiplier ses présences dans les différents événements.

« Après les élections de 2015, l’effervescence a diminué. On était super bien placé à l’époque. On a eu une longue campagne qui a pris beaucoup d’énergie et qui ne nous a pas donné les résultats escomptés. Il fallait laisser la place au député réélu. On ne pouvait pas être présent partout », conclut-il.

image