11 juin 2019
Les démarches se poursuivent pour la transformation de l’église de Saint-Aimé
Par: Deux Rives

Le projet de reconversion de l'église de Saint-Aimé en centre communautaire est toujours sur la table. Photothèque | Les 2 Rives ©

Texte de Sébastien Lacroix, collaboration spéciale

Le projet de transformation de l’église de Saint-Aimé en un centre communautaire avance lentement mais sûrement. Les Municipalités de Saint-Aimé et de Massueville ont démontré leur intérêt à signer un bail pour relocaliser la bibliothèque dans l’église, mais ce ne sera pas pour tout de suite.

Étant donné que des sommes importantes devraient être investies pour apporter les modifications nécessaires à la sacristie et que la bibliothèque devait être relocalisée le plus rapidement possible, les deux municipalités ont opté pour une autre solution. Étant donné le manque de locaux disponibles, les élus ont plutôt décidé de l’installer temporairement dans la mairie de Massueville afin d’offrir de nouveau ce service à la population.

Une inspection de la sacristie avait en effet été effectuée par un technicien en prévention incendie (TPI) de la Ville de Sorel-Tracy en février dernier. Celui-ci a par la suite déposé un rapport et des recommandations pour effectuer quelques modifications. Un mandat a aussi été donné à un architecte de la firme Nadeau Nadeau Blondin pour s’assurer d’être aux normes du Code de construction, chapitre sécurité.

Dans la résolution adoptée en mars et abrogée en avril, la Fabrique s’engagerait à effectuer les modifications mentionnées dans le rapport du préventionniste et de l’architecte. Les deux Municipalités payeraient les dépenses nécessaires à parts égales.

Le projet de bibliothèque dans la sacristie devrait donc faire partie d’un projet un peu plus gros sur lequel planche Saint-Aimé et Massueville depuis quelques années, soit de transformer l’église en un centre communautaire pour pouvoir compter sur une salle pouvant accueillir des centaines de personnes.

« C’est un travail de longue haleine, admet Denis Marion, le maire de Massueville, où l’église est située. On est en train de déterminer les coûts que ça aura sur le budget des deux municipalités, avec le soutien des citoyens et des ministères qui nous accompagnent là-dedans. Il y aura de grosses décisions à prendre. On commence à voir ce que peut signifier l’ampleur des travaux. »

L’une des plus grosses églises de l’évêché

Il faut dire que l’église de la paroisse de Saint-Aimé, à Massueville, est la plus importante du diocèse à l’extérieur des grandes villes telles que Sorel-Tracy et Saint-Hyacinthe.

L’église construite en 1907 compte en effet 1200 places assises. Elle avait été érigée après l’incendie qui avait détruit la première église construite en 1841. Une époque où la population de la paroisse avoisinait les 3000 personnes, ce qui était l’une des plus grandes de la région.

Ce qui est maintenant loin d’être le cas de nos jours, alors que la population totale des deux villages est de 529 pour Massueville et 461 pour Saint-Aimé, selon les données du dernier recensement.

« C’est un gros défi pour de petites communautés comme les nôtres, fait valoir le maire de Massueville. Ça exige beaucoup de réflexion en amont. »

image