22 novembre 2017
Les clés du bâtiment H remises à Pascalin Raynault en janvier
Par: Julie Lambert
Le chargé de projet et le maire de Sorel-Tracy, Pascal Vertefeuille et Serge Péloquin, se trouvent sur une des trois mezzanines du bâtiment H. | Photos par Photo: Julie Lambert

Le chargé de projet et le maire de Sorel-Tracy, Pascal Vertefeuille et Serge Péloquin, se trouvent sur une des trois mezzanines du bâtiment H. | Photos par Photo: Julie Lambert

Le bâtiment rénové compte deux terrasses, une au rez-de-chaussée et une autre à l’étage. | Photos par Photo: Julie Lambert

Le bâtiment rénové compte deux terrasses, une au rez-de-chaussée et une autre à l’étage. | Photos par Photo: Julie Lambert

Le maire de Sorel-Tracy Serge Péloquin et le promoteur Pascalin Raynault, dans le bâtiment avant les rénovations | Photos par Photo: Archives/Julie Lambert

Le maire de Sorel-Tracy Serge Péloquin et le promoteur Pascalin Raynault, dans le bâtiment avant les rénovations | Photos par Photo: Archives/Julie Lambert

L’intérieur du bâtiment pendant les rénovations. | Photos par Photo: Julie Lambert

L’intérieur du bâtiment pendant les rénovations. | Photos par Photo: Julie Lambert

Au lieu de prendre possession du bâtiment H à la fin octobre, Pascalin Raynault a convenu avec la Ville de Sorel-Tracy de n’obtenir les clés qu’en janvier. Cette décision permettra à la municipalité de terminer les travaux sans presse et au promoteur privé d’ouvrir au printemps 2018.

Le fils de la populaire chanteuse québécoise Ginette Reno a fait cette demande à la municipalité afin de ne pas ouvrir pendant la période hivernale, explique le maire de Sorel-Tracy, Serge Péloquin.

« On était presque prêts, mais il ne souhaitait pas ouvrir en janvier parce que c’est une période morte en restauration. Il va pouvoir prendre le temps de former son personnel, de faire les travaux et d’aménager les lieux à sa convenance », explique M. Péloquin.

La Ville a aménagé les infrastructures nécessaires pour pouvoir louer le local au coût de 1,2 M$. Ce montant a été pigé dans l’enveloppe de 4,9 M$ donnée par le gouvernement fédéral pour rénover le quai Catherine-Legardeur. Quant au promoteur, il va investir près de 500 000$ à l’aménagement intérieur.

Même si les travaux ont été retardés en raison de la pluie et d’une grève de la construction, l’échéancier et les coûts du projet ont été respectés, assure Serge Péloquin.

« Il n’y aura pas de dépassement de coûts. Nous n’avions pas le choix de faire rénover le bâtiment qui était inutilisé depuis longtemps et on perdait notre subvention si on ne faisait rien. On ne fait pas de cadeau au promoteur. Les coûts du bail nous permettront de faire un retour sur notre investissement très rapidement », affirme le maire.

Visite des lieux

Malgré les retards, l’installation est complétée à 95%, mentionne le chargé de projet à la Ville de Sorel-Tracy, Pascal Vertefeuille, lors d’une visite du bâtiment avec le journal Les 2 Rives .

« On a eu une surprise quand nous avons ouvert les murs. La structure n’était pas exactement comme dans nos plans, mais cela s’est bien déroulé. La structure a été refaite presque complètement pour répondre aux normes actuelles du bâtiment et de sécurité. On a gardé seulement le squelette. Il ne manque que les garde-corps intérieurs et extérieurs ainsi que les escaliers à recevoir et installer », souligne-t-il.

À la première visite du journal en 2016, le bâtiment était désuet et vide. Il n’y avait presqu’aucune fenêtre donnant sur l’extérieur. Une grande porte sur le côté existait pour l’entrée des hélicoptères et seul mur était érigé au fond du hangar pour entreposer du matériel.

Le bâtiment a complètement changé avec trois mezzanines et des fenêtres vitrées donnant sur la traverse de Sorel-Tracy sur le côté et sur le fleuve Saint-Laurent ainsi que le quai Catherine-Legardeur à l’avant. Une terrasse double se trouve aussi sur sa façade où l’on voit les bateaux défiler sur l’eau.

Selon le maire Péloquin, ce restaurant-salle de spectacle, qui peut accueillir environ 200 personnes, permettra d’attirer des visiteurs de l’extérieur. Le but du promoteur était d’ailleurs de faire un restaurant qui voudrait le détour.

« C’est un plus pour la région. Grâce à tous les aménagements dans le secteur, on pourra devenir un vrai lieu d’effervescence ressemblant aux villes portuaires », conclut le maire.

image