30 avril 2019
Inondations à Sainte-Anne-de-Sorel
Les citoyens gardent le moral
Par: Katy Desrosiers
Un couple du secteur se promenait tranquillement entre les résidences avec sa chaloupe. 
Photo Les 2 Rives ©

Un couple du secteur se promenait tranquillement entre les résidences avec sa chaloupe. Photo Les 2 Rives ©

Carmen Tellier ne voulait pas quitter sa maison lors de la visite du journal le 23 avril.
Photo Les 2 Rives ©

Carmen Tellier ne voulait pas quitter sa maison lors de la visite du journal le 23 avril. Photo Les 2 Rives ©

Marc Lacouture souhaiterait vendre sa maison mais ne sait pas si ce sera possible. Il garde tout de même le sourire malgré les inondations. 
Photo Les 2 Rives ©

Marc Lacouture souhaiterait vendre sa maison mais ne sait pas si ce sera possible. Il garde tout de même le sourire malgré les inondations. Photo Les 2 Rives ©

Malgré qu’ils soient touchés de plein fouet par une autre crue des eaux importante, une deuxième en trois ans, plusieurs résidents de Sainte-Anne-de-Sorel, particulièrement ceux de l’Île aux Fantômes et de l’Île d’Embarras, gardent tout de même le moral.

La majorité des citoyens croisés lors de notre visite en chaloupe le mardi 23 avril avec le maire de Sainte-Anne-de-Sorel Michel Péloquin, le directeur général de la municipalité Maxime Dauplaise et le conseiller du district 6 Mario Cardin étaient maîtres de la situation. Plusieurs habitent à Sainte-Anne-de-Sorel depuis des années et ont déjà vécu une inondation semblable.

Marc-André Dubé, un résident, n’est pas découragé. « Je ne suis pas inquiet. On vit ces situations chaque année, même si cette année, c’est exceptionnel. Le niveau de l’eau est plus élevé qu’en 2017, on voit la différence », explique-t-il.

Pour l’instant, tout ce qu’il peut faire, c’est protéger les alentours de son chalet. « On retire les branches et les arbres s’il y en a qui s’approchent pour ne pas qu’ils frappent sur les chalets. On a soulevé les objets dans la remise pour ne pas qu’ils soient inondés. Si ça monte encore, il faudra faire la même chose dans le chalet avec le poêle et le frigidaire », mentionne-t-il.

Un couple résidant aussi dans la zone inondée se trouvait à l’extérieur, près de sa maison, lors de notre tournée. Celle-ci, entourée d’eau, semblait être sur une île. Le citoyen Marc Lacouture espère que la durée des inondations soit plus courte qu’en 2017. « En 2017, ça avait duré quasiment jusqu’à la fin de mai. D’habitude, ça dure une semaine ou deux un niveau comme ça », mentionne-t-il. Sa conjointe s’inquiète davantage des dommages causés. « Après, c’est de ramasser. Ça va être de l’ouvrage », ajoute-t-elle.

Déménager ou rester?

Le résident explique que certains biens dans son garage ont été placés en hauteur puisque l’eau y a pénétré. « J’ai des poches de ciment mouillé. Ça fait 60 livres par poche. L’eau a traversé dans le garage et ç’a imbibé. Je ne peux pas les bouger de là, car ça ferait encore plus de dégâts », explique-t-il.

Le couple souhaiterait vendre la résidence, mais ignore si quelqu’un voudra l’acheter. « Les gens savent concernant les inondations. Ils sont rares ceux qui ne savent pas. Et s’ils ne le savent pas, tu es obligé de leur dire. On est tanné, on aimerait partir. On aimerait rester à Sainte-Anne-de-Sorel, mais pas aussi près de l’eau. Être à un endroit où je peux mettre moi-même ma chaloupe à l’eau », lance-t-il sur un ton humoristique.

Un autre couple, à bord d’une chaloupe, nous a abordés avec quelques blagues. Comme le moteur ne fonctionnait plus, l’homme poussait l’embarcation avec une longue rame. « C’est comme à Venise, mais ma femme ne veut pas payer la balade! », lance-t-il en riant.

Carmen Tellier, une dame âgée habitant avec son mari malade, était reconnaissante que les élus se soient déplacés pour la rassurer. Elle disait garder le moral malgré l’eau qui les empêche de sortir de leur résidence. Ils ont tout de même fait le choix d’y rester. Le conseiller Mario Cardin s’est assuré que d’autres résidents jettent un coup d’oeil sur eux afin de leur venir en aide en situation de détresse.

Selon le maire, un esprit d’entraide se fait sentir entre les voisins. Certains, habitués de ce genre de situation, peuvent conseiller les nouveaux résidents du secteur.

 

À lire aussi :

Des inondations historiques?

Les inondations de Sainte-Anne-de-Sorel vues par son maire

La Sûreté du Québec impliquée lors des inondations pour protéger les citoyens

La CAQ prête à payer des citoyens qui désirent déménager

image