24 septembre 2018
Les candidats tentent de vous convaincre une dernière fois
Par: Sarah-Eve Charland

(Photo: Gracieuseté)

Pourquoi représentez-vous le meilleur choix des citoyens pour devenir la/le député(e) de Richelieu?

Jean-Bernard Émond

Jean-Bernard Émond (CAQ)

Le candidat de la Coalition Avenir Québec, Jean-Bernard Émond, croit que son expérience en tant que conseiller politique au sein du parti politique au cours des six dernières années sera un atout non négligeable. « Ça m’a permis de me familiariser avec l’appareil gouvernemental. Je suis prêt plus que jamais à défendre les intérêts des gens de Richelieu. Ce qu’on propose, c’est un nouveau gouvernement composé d’hommes et de femmes d’une grande compétence. […] Les gens le savent dans la région. Il n’y a qu’une seule option pour ne pas vivre quatre autres années de gouvernement libéral. C’est avec la CAQ », mentionne-t-il. Il ajoute que la région a élu un député dans l’opposition depuis de trop nombreuses années. « C’est important que le prochain député de Richelieu soit assis à la table du gouvernement. Parce que c’est là que les décisions importantes vont être prises.»

Sophie Chevalier

Sophie Chevalier (PLQ)

La candidate du Parti libéral du Québec, Sophie Chevalier, est certaine d’être le meilleur choix pour les citoyens de la circonscription de Richelieu en raison de son expérience en politique et surtout de son implication municipale autant que communautaire. « J’ai travaillé à différents paliers dont celui municipal tout en m’engageant sur divers conseils d’administration comme celui de l’hôpital et du CLSC. J’ai pataugé pas mal dans tout, alors je crois être en mesure de savoir quels sont les véritables enjeux de la région et aussi de pouvoir apporter des solutions. Je pense être capable d’amener nos demandes à l’Assemblée nationale et ainsi interpeller les ministres pour que la voix de la région se fasse entendre. J’ai toujours travaillé avec acharnement pour mener mes dossiers et quand je veux quelque chose, je vais mettre en place tous les moyens pour y parvenir. »

Sophie Pagé Sabourin

Sophie Pagé-Sabourin (QS)

Selon Sophie Pagé-Sabourin, la région doit se tourner vers Québec solidaire d’abord pour des raisons environnementales. « Il ne reste plus beaucoup de temps devant nous pour faire face au réchauffement climatique, lance-t-elle. Québec solidaire est le seul parti qui a planifié et organisé une planification énergétique et économique. Les autres partis ne prennent pas au sérieux le défi environnemental. Nous, on croit les experts : il est urgent d’agir. » Parmi les mesures à prendre, elle parle notamment d’un investissement majeur dans le réseau de transport en commun, y compris dans la région pour améliorer le réseau d’autobus, ainsi que le délaissement des autos individuelles à essence. « En 2030, on obligerait les concessionnaires à vendre uniquement des véhicules hybrides et électriques afin qu’en 2050, seulement ces véhicules pourront circuler sur les routes », conclut-elle.

Sylvain Rochon

Sylvain Rochon (PQ)

Selon Sylvain Rochon, les Québécois veulent du changement au gouvernement, mais pour le mieux, ce pourquoi le Parti québécois représente la meilleure option, a-t-il soutenu. Il ne s’est d’ailleurs pas gêné pour critiquer le programme de ses deux principaux adversaires. « On a entendu les candidats de la CAQ et du PLQ, partisans d’un Québec indissociable du Canada, parler du privé qui prendra plus de place où les services seront tarifés. Ce sont des partis interchangeables dont leur programme est teinté d’austérité. On a aussi entendu la candidate de Québec solidaire qui présente un Québec idéalisé qui veut faire tout, en même temps, peu importe du coût. Je parle des autres, mais je n’ai pas le choix : les autres doivent comparer pour choisir », a-t-il souligné. « Ce que je propose, c’est du sérieux. Le PQ présente un programme réaliste, détaillé, soutenu par un cadre financier appuyé par des économistes de toutes tendances », a-t-il conclu.

image