11 septembre 2018
Élections provinciales
Les candidats se prononcent sur la santé
Par: Sarah-Eve Charland

De nombreux enjeux sont débattus dans cette campagne dans le domaine de la santé dans Richelieu. Celui concernant les directions locales centralisées à l’extérieur de la région a fait beaucoup couler d’encre. Quelle est votre position au sujet de la centralisation des directions locales orchestrée par la réforme Barrette?

Jean-Bernard Émond

Jean-Bernard Émond (CAQ)

Le candidat de la Coalition avenir Québec considère que la centralisation dans le domaine de la santé a eu des effets néfastes sur la qualité des services dans Richelieu. Son parti propose de décentraliser les prises de décision et les retourner dans les régions. « À la CAQ, on propose de ramener le pouvoir décisionnel ici chez nous, affirme Jean-Bernard Émond. Je pense que la méthode Barrette n’a pas sa place dans un réseau où on devrait d’abord prôner la collaboration et l’empathie. Je crois sincèrement que prendre nos propres décisions, ça va améliorer nos soins de santé dans Richelieu. »

 

 

 

Sophie ChevalierSophie Chevalier (PLQ)

 

La candidate du Parti libéral croit qu’il serait bien de bonifier le système en place en ajoutant des ressources. Pour ce faire, elle estime qu’une discussion permettant d’étudier cet enjeu dans son ensemble serait pertinente pour la région. « Je pense qu’il y aurait lieu d’étudier la possibilité de mettre en place un système d’aide à la décision qui pourrait favoriser une saine gestion des besoins régionaux. Il y aurait lieu qu’on s’assoit ensemble pour voir ce qui pourrait être fait à ce niveau-là. Je veux travailler pour la région. C’est un enjeu important qui a touché la région. »

Sophie Pagé Sabourin

 

 

Sophie Pagé Sabourin (QS)

Selon la candidate solidaire, la réforme Barrette a nui au réseau de la santé, plus particulièrement dans les régions du Québec. Dans Richelieu, les impacts se sont fait sentir, selon elle. « Québec solidaire est contre la centralisation. On propose de ramener les directions locales dans les hôpitaux en région. La population bénéficiera ainsi de soins plus adaptés. Cette réforme a amené de la bureaucratie et de la paperasse inutiles », souligne-t-elle. Elle déplore aussi qu’en jumelant les syndicats sorelois à ceux de Saint-Hyacinthe et Longueuil, il devient difficile de réaliser des assemblées locales. « On n’a pas la même réalité ici qu’à Longueuil ou Saint-Hyacinthe. Il faut ramener les décisions localement », conclut Mme Pagé Sabourin.

 

 

 

Sylvain Rochon

Sylvain Rochon (PQ)

Le député sortant rappelle qu’il avait demandé la formation du Comité de liaison en santé dans la MRC de Pierre-De Saurel, qu’il coordonne. Un des chevaux de bataille du comité a été le retour d’une direction permanente à l’Hôtel-Dieu. « Il faut le retour au réseau local d’une direction permanente. Ce n’est qu’avec cette direction permanente locale que l’humain pourra reprendre le pas sur l’administratif, tant pour le personnel que les patients. Il faut pouvoir s’occuper de près de notre santé, ici chez nous, et ne pas avoir à faire une heure de route pour un examen ou un traitement. Il faut pouvoir recevoir ses soins et ses services chez nous, à Sorel-Tracy. »

image