13 octobre 2015
Les candidats présentent leur priorité numéro 1
Par: Sarah-Eve Charland
Le candidat du Bloc québécois, Louis Plamondon. | Gracieuseté

Le candidat du Bloc québécois, Louis Plamondon. | Gracieuseté

La candidate du Parti vert du Canada, Corina Bastiani.

La candidate du Parti vert du Canada, Corina Bastiani.

Le candidat du parti libéral, Claude Carpentier. | Gracieuseté

Le candidat du parti libéral, Claude Carpentier. | Gracieuseté

Le candidat du Nouveau Parti démocratique (NPD), Nicolas Tabah. | Gracieuseté

Le candidat du Nouveau Parti démocratique (NPD), Nicolas Tabah. | Gracieuseté

Le candidat du Parti conservateur, Yves Laberge. | Gracieuseté

Le candidat du Parti conservateur, Yves Laberge. | Gracieuseté

Quel est l’enjeu #1 du comté? Quelle sera votre première priorité lorsque vous serez élu le 19 octobre?

Publicité
Activer le son

Multiplier les priorités

Le candidat du Bloc québécois, Louis Plamondon, croit qu’il est possible de mener de front plusieurs dossiers prioritaires dès son élection. « Ce sont des ministères différents. On peut faire acheminer plusieurs dossiers. Plusieurs d’entre eux peuvent se retrouver sur le premier budget », affirme-t-il.

Du côté de l’agriculture, il compte s’attaquer à la limitation d’importation des protéines liquides. « Il faut resserrer les douanes. De cette façon, on peut aller récupérer 2% », dit en abordant le dossier de la gestion de l’offre.

En tourisme, M. Plamondon soutient que le gouvernement fédéral doit faire sa part pour le projet Écomonde. Le transport de pétrole, la rétrocession de l’Île Moras et l’assurance-emploi font partie des dossiers qu’il compte travailler dès la première année de son mandat.

Demander un moratoire sur le transport de pétrole

Le transport de pétrole brut par train et par bateau dans la région a été la raison pour laquelle la candidate du Parti vert du Canada, Corina Bastiani, s’est lancée dans la campagne électorale 2015. Elle compte en faire sa priorité.

Elle souhaite demander un moratoire tant et aussi longtemps que le gouvernement fédéral n’aura pas analysé les risques par voie ferroviaire et maritime. « Je veux faire en sorte que Kildair ne soit plus un port pétrolier », affirme-t-elle.

Afin de se libérer de la dépendance du pétrole, elle propose un virage vert en investissant dans les énergies vertes telles que l’électrification des transports. Elle compte mettre en place une étude de faisabilité pour le projet de Monorail grande vitesse (MGV).

Favoriser la croissance économique

Le candidat du Parti libéral, Claude Carpentier, souhaite mettre en œuvre des mesures qui favoriseront la croissance économique.

L’une des premières mesures est l’investissement dans les infrastructures qui permettra la création d’emploi. « En créant des emplois, les personnes auront plus d’argent dans leurs poches qui sera investi dans l’économie régionale. »

Des mesures fiscales avantageuses pour la classe moyenne sont également un autre moyen pour favoriser la croissance économique. Il propose des mesures fiscales intéressantes pour les Petites et moyennes entreprises (PME) pour aider à créer des emplois.

Les allocations familiales annuelles atteindront 1500$ par enfant non imposable, suggère-t-il, en se référant à la plateforme du Parti libéral.

La préparation à l’entrée en vigueur du Partenariat transpacifique

Même s’il affirme que la région ne verra les contrecoups seulement que dans un an, le candidat du Parti conservateur, Yves Laberge, croit qu’il faut dès maintenant se préparer à faire face à l’entente Partenariat transpacifique.

Du même coup, il espère rassurer les producteurs des bienfaits de cette entente. « Ce partenariat sera un énorme moteur de création d’emplois. Cela permettra d’ouvrir des marchés internationaux. En dépit de leurs inquiétudes, les producteurs de lait seront gagnants en raison de la qualité supérieure de leur produit. »

Il souhaite travailler auprès des Petites et moyennes entreprises (PME) afin de les aiguiller sur les détails de l’entente signée le 5 octobre.

Diversifier l’économie et aider la relève en agriculture

Pour le candidat du Nouveau Parti démocratique (NPD), Nicolas Tabah, il est difficile de trancher sur la question. Deux enjeux sont prioritaires selon lui : l’aide à la relève en agriculture et la diversification de l’économie.

Il compte se pencher sur le problème de l’exode en suggérant de bonifier les crédits d’impôt à l’embauche, ce qui permettra aux jeunes de se trouver un emploi de qualité dans la région.

En agriculture, le problème de la relève est présent plus que jamais, affirme M. Tabah. « Il est important de s’asseoir avec les intervenants pour trouver des solutions au niveau du financement des jeunes. Il faut que le fait d’acquérir une ferme soit réaliste. »

image