1 avril 2020
COVID-19
« Les agriculteurs sont prêts pour nourrir la population » – Sylvain Joyal
Par: Jean-Philippe Morin

Les producteurs laitiers continuent d’opérer avec des mesures d’hygiène accentuées. Photothèque | Les 2 Rives ©

Les agriculteurs sont, avec les travailleurs de la santé, au sommet de la pyramide des services essentiels. Malgré la crise de la COVID-19 qui sévit actuellement, ils redoublent d’efforts pour nourrir la population.

Publicité
Activer le son

« Les agriculteurs roulent à plein régime, note le président de l’Union des producteurs agricoles (UPA) Richelieu-Yamaska, Sylvain Joyal. Soyez assurés qu’on garde notre mandat premier qui est de nourrir les gens. Ça se fait de différentes façons, que ce soit par les animaux, les cultures de grains, etc. Pas question de modérer là-dessus! Les agriculteurs sont prêts pour nourrir la population en ce temps de crise. »

M. Joyal s’est assuré que les fournisseurs agricoles de la région, comme les vendeurs de machinerie et les quincailleries, continuaient d’offrir un service.

« Ils sont considérés aussi comme des services essentiels, donc tout est fonctionnel. C’est une priorité, tout comme les camionneurs qui sont très importants dans notre domaine. On ne prévoit aucun problème majeur, même si ça peut arriver qu’il y ait de petits pépins », souligne le président de l’UPA Richelieu-Yamaska.

Le bureau régional d’emploi de l’UPA est toujours fonctionnel, même si les employés travaillent de la maison.

Incertitude

Même si les fournisseurs sont prêts à suffire à la demande, la question des coûts est encore nébuleuse, admet Sylvain Joyal.

« Le gros point d’interrogation demeure le prix des intrants, le prix des machineries, le prix des récoltes… Est-ce que ça va changer? On sait que le pétrole devrait coûter un peu moins cher à cause de la crise, mais pour le reste, on ne le sait pas. Malgré tout, les producteurs agricoles ont déjà acheté plusieurs choses d’avance », explique-t-il.

« On sait que le prix du maïs a chuté. Le porc aussi a chuté parce que c’est moins facile de l’exporter en Chine. Donc on verra, c’est au jour le jour », ajoute-t-il.

Mesures d’hygiène accentuées

Les producteurs agricoles sont déjà très consciencieux sur l’hygiène puisqu’ils doivent se conformer à des mesures strictes en matière de salubrité. En raison de la crise, ces mesures sont encore plus accentuées et les agriculteurs doivent redoubler de prudence.

« Comme tout le monde, il faut faire attention de ne pas être trop près des autres. De respecter la distanciation sociale. Il y a beaucoup de manipulation qui se fait avec de la machinerie agricole, il faut être prudent. On est habitués déjà, avec les animaux par exemple, de stériliser le matériel. Là, il ne faut pas juste être prudents envers les animaux, il faut l’être entre nous! Il faudra mettre de côté les poignées de main », admet M. Joyal.

Heureusement, ce temps de l’année est un peu plus tranquille dans l’agriculture au niveau des semis, qui commencent dans environ un mois. Mais les producteurs prennent tout de même plusieurs mesures pour prévenir la propagation du virus dans leur ferme.

« Les achats se font à distance, par téléphone, courriel ou Internet. Les représentants ne viennent pas dans les maisons; même chose pour la comptabilité, qui se fait à distance. On fonctionne rondement, mais avec prudence », conclut Sylvain Joyal.

image