7 janvier 2021
Les agents de santé font la queue pour le vaccin COVID-19, mais certains mettent en garde contre de “réels problèmes”
Par: Deux Rives

Jeanne Vitag, adepte du casino en ligne quebec, avait des sentiments mitigés quant à l’obtention d’un vaccin contre le COVID-19. D’un côté, elle était nerveuse. D’autre part, elle avait bon espoir que le vaccin tant attendu contribuerait à mettre un terme à la pandémie.

Publicité
Activer le son

Avec ces pensées tourbillonnant dans son esprit, l’assistante résidente du foyer de soins de longue durée s’est inscrite pour être la première travailleuse de la santé vaccinée lorsque le réseau hospitalier a lancé son programme de vaccination COVID-19 cette semaine.

Mardi, alors qu’elle était vêtue d’un grand manteau rouge pendant une pause à l’hôpital avant de retourner au travail, Vitag s’est fait vacciner, avec environ 140 autres agents de santé qui l’ont suivie le même jour.

«Je me sens beaucoup plus courageuse d’aller travailler tous les jours», a-t-elle déclaré.

Le personnel des hôpitaux des régions les plus durement touchées déploie actuellement des programmes de vaccination contre le COVID-19, la première série de dizaines de milliers de doses de Pfizer-BioNTech étant prévue pour les travailleurs de la santé dans les hôpitaux, les maisons de soins de longue durée, les maisons de retraite et autres établissements qui s’occupent des personnes âgées.

La campagne de vaccination marque un tournant dans la pandémie car elle cible les personnes à haut risque d’être exposées au virus.

Il est vraiment important que les travailleurs de la santé qui sont en première ligne soient vaccinés les premiers.

Mais le défi sera de maintenir cet élan parmi le personnel en première ligne dans les mois à venir, compte tenu du faible taux de vaccination annuel contre la grippe et d’une certaine hésitation à l’égard du nouveau vaccin COVID-19.

«Nous avons supposé que si nous faisons distribuer un vaccin, les gens le prendront, et je pense que c’est imprudent d’après les taux de vaccination antérieurs», a déclaré un médecin.

Près des trois quarts des travailleurs des soins de longue durée ont été vaccinés en moyenne au cours des trois dernières années, alors que le taux de participation du personnel hospitalier n’était que d’environ 54% en moyenne au cours de la même période.

« Il y a de réels problèmes d’acceptation des vaccins », a averti un autre médecin.

« Certains s’imaginent qu’on les considère comme des cobayes dans cette campagne de vaccination. »

Le nombre relativement faible de recours, couplé aux craintes et aux théories du complot concernant l’arrivée d’un vaccin COVID-19, pourrait être un obstacle à la protection des travailleurs de la santé.

image