8 mars 2019
D'entraîneuse à coach de vie
L’entrepreneure Fallone Jean travaille au bien-être des femmes au quotidien
Par: Julie Lambert

L'entrepreneure Fallone Jean a, à 29 ans, fait du bonheur des femmes son mantra. Photo NathB photographe

À 19 ans, Fallone Jean faisait ses premiers pas comme entrepreneure avec un gym exclusivement dédié aux femmes. Aujourd’hui, elle est copropriétaire d’entreprises sur la Rive-Sud en plus d’être coach de vie et conférencière. Son besoin d’aider les autres, surtout sa clientèle féminine, est aussi fort que sa passion pour le milieu des affaires.

La femme de 31 ans a consacré une bonne partie de sa carrière aux femmes depuis qu’elle a acheté il y a dix ans un gym pour cette clientèle. Elle possède désormais trois franchises, avec des associées, de son propre concept de circuits C30M-Kickboxing pour femmes, soit à Sorel-Tracy, à Varennes et à Mont-Saint-Hilaire.

« J’ai toujours travaillé avec les femmes. Je me sens encore plus proche des entrepreneures, surtout en raison de ma propre expérience. J’ai passé par le même chemin, soit celui de me chercher et d’arriver dans des rencontres d’affaires sans me sentir à ma place ou être assez importante. Je sais que je ne suis pas la seule à vivre ça », explique-t-elle.

Une question de confiance

Fallone Jean réalise qu’à l’heure actuelle, les femmes se mettent énormément de pression sur les épaules malgré une place plus grande pour elles sur le marché du travail et d’un meilleur soutien au niveau familial.

« Il y a encore des différences même si elles ne sont plus aussi grandes. Les femmes se comparent beaucoup, ce qui diminue leur estime et leur confiance en soi. J’ai pu expérimenter de mon côté qu’en travaillant sur ma puissance à moi, sur ma confiance et sur mon estime, je n’ai plus besoin de me comparer pour me sentir bien. Je peux être seulement moi tous les jours de ma vie et tout va mieux depuis que je fais ça », croit-elle.

Coach certifiée PNL depuis deux ans, l’entrepreneure travaille autant avec la mère de famille que la directrice de grande entreprise. Les cas qu’elle voit le plus souvent sont des femmes qui se sont oubliées et qui ne savent plus qui elles sont après plusieurs années à se consacrer aux autres. Selon elle, son aide est précieuse pour un bon nombre de personnes.

« Tous les jours, je reçois des textos de mes employées dans les gyms ou de mes clientèles pour me dire à quel point je change leur vie. Ça donne du sens à la mienne. Je sais que je contribue à inspirer les gens. Quand je me couche le soir et que je sais que j’ai fait la différence dans la vie de quelqu’un, je trouve que c’est le plus beau cadeau du monde entier. Je fais mon bout de chemin du mieux que je peux pour changer les choses afin que les femmes se sentent bien dans leur corps autant que dans leur peau », se réjouit-elle.

Elle espère pouvoir un jour en faire encore davantage en faisant la tournée des écoles afin de parler de l’importance de l’estime et de la confiance en soi aux jeunes filles. Elle pense que les jeunes femmes ont beaucoup de pression en raison notamment des médias sociaux et elle veut aider cette génération aux prises avec ce problème.

« Tout le monde cherche la perfection, mais qui peut dire c’est quoi la perfection? C’est difficile pour les jeunes filles de se retrouver là-dedans et les cellulaires créent beaucoup d’endorphine en raison des likes. Quand elles perdent ça, elles se cherchent et pensent perdre de la valeur. Je travaille donc beaucoup avec les mamans, parce que l’estime passe souvent par les parents. À partir du moment que tu es capable de t’aimer, tu es capable d’enseigner à ton enfant à le faire aussi », conclut-elle.

image