20 septembre 2019
L’enseignant Alexandre Lebœuf présente un premier livre sur la mythologie grecque
Par: Katy Desrosiers

Alexandre Lebœuf sera présent au Salon du livre de Montréal en novembre pour présenter son ouvrage. Photo Jean-Marie Lanlo

La couverture du livre. Photo gracieuseté

L’enseignant en philosophie au Cégep de Sorel-Tracy, Alexandre Lebœuf, a rédigé un livre sur la mythologie grecque afin de la faire découvrir sous un nouveau jour. Son ouvrage, Antimanuel de mythologie grecque Livre 1 : raconter, sur les tablettes depuis quelques mois, s’inspire des voyages qu’il a réalisés avec ses élèves.

Alexandre Lebœuf est passionné de la Grèce et de sa mythologie depuis sa jeunesse. Tôt dans sa vie, il a eu l’opportunité de voyager. Il a souhaité, avec un de ses collègues, redonner cette opportunité aux élèves. Ainsi, à coup de groupes de 30 élèves, ils ont apporté plus de 150 étudiants en Grèce. Il s’est inspiré de ces voyages pour son livre.

« En général, il y a deux sortes de livres (dans l’univers de la mythologie). Des encyclopédies très techniques qui présentent les dieux et qui semblent dire que la mythologie, c’est une histoire qu’on présente telle quelle et la deuxième catégorie, c’est des ouvrages qui s’adressent à des spécialistes et qui creusent des questions tellement pointues que monsieur et madame tout le monde ne s’y intéressent pas et ne comprendront pas. Moi, je me suis dit que ce qui faisait la magie de la mythologie grecque et ce qui la rendrait sans doute plus intéressante aujourd’hui, c’est des histoires racontées », explique l’enseignant.

Dans son livre, classé parmi les essais, il raconte des histoires, en les modifiant légèrement, mais en respectant le cadre. Il se donne ce qu’il appelle « la liberté du conteur ». Son critère était d’écrire une histoire totalement appuyée sur ce qu’on sait de la Grèce ancienne. Lorsque les détails n’étaient pas présents, l’histoire est parfaitement crédible.

Son ouvrage s’adresse particulièrement à une clientèle adulte qui connaît un peu la mythologie ou qui a une curiosité pour la découvrir. Le livre, d’environ 150 pages, peut se lire sans nécessairement commencer par le premier texte.

Un intérêt sous-estimé

Environ 400 copies ont été mises dans le réseau depuis le lancement. Le récit suscite l’intérêt de quelques médias, dont le Journal de Montréal, dans lequel on retrouve une critique de Jacques Lanctôt. « Il explique comment il est embarqué dans le livre et qu’il a fait un voyage. Il a reçu le coup de cœur dans la catégorie essai chez Renaud Bray », mentionne M. Lebœuf.

« L’avantage sur les romans, qui atteignent un plus large public, c’est qu’ils doivent vendre avec un certain empressement. […] Moi, un peu comme une encyclopédie, c’est toujours d’actualité. Qu’on ait réussi à rejoindre un public cette année, c’est super excitant et c’est fou comment ça me motive », souligne l’auteur.

Il ajoute qu’au Québec, dans le milieu de l’essai, vendre 400 copies s’approche du titre de best-seller. Des gens d’un peu partout en province se sont procuré son livre. Ce dernier reçoit aussi une belle réponse des membres du Cégep.

Une trilogie

Deux livres suivront ce premier tome. « Le premier (déjà paru) se nomme Raconter. C’est vraiment de prendre plaisir à raconter des histoires oubliées, précise l’enseignant. Le deuxième, je garde cette idée de raconter, mais il s’appellera Questionner. Je suis en train de le travailler. Il devrait être publié en mai ou juin prochain. Dans celui-ci, je cible des questionnements qu’on n’a pas nécessairement les réponses. Dans le troisième, je mettrai fin à la série. »

L’homme aimerait que son livre soit disponible dans les bibliothèques, municipales et scolaires, ainsi que dans des résidences pour personnes âgées afin d’offrir la chance à tous de le découvrir, même s’ils n’ont pas nécessairement les moyens de se le procurer. Il souhaiterait aussi, dans le futur, raconter la mythologie grecque aux tout-petits.

image