1 septembre 2015
L’économie au cœur de la campagne électorale
Par: Deux Rives

POLITIQUE. L’économie doit être l’enjeu central de la campagne fédérale, croient les principales instances qui ont réagi à l’annonce d’une deuxième récession en sept ans au Canada.

C’est le cas du Conseil du patronat du Québec, qui fera tout en son pouvoir pour se faire entendre d’ici le scrutin le 19 octobre, en misant sur l’économie, mais dans le contexte actuel, qui appelle à la prudence.

«Après plusieurs années d’assainissement des finances publiques, et même si l’économie canadienne donne des signes de reprise encourageants dans certains secteurs, il appert que la rigueur budgétaire est toujours de mise, a déclaré le PDG du CPQ, Yves-Thomas Dorval. Il importe que les différents partis fassent de l’économie une priorité centrale de leur plateforme et évitent de s’engager dans une panoplie de promesses coûteuses.»

Le produit intérieur brut (PIB) réel a diminué de 0,1 % au 2e trimestre, après avoir connu une baisse de 0,2 % au 1er, mais les perspectives pour le 3e sont plutôt positives, grâce notamment à une hausse des exportations. Les secteurs reliés au pétrole et gaz et aux ressources minières sont durement touchés, mais d’autres industries productrices de biens vont plutôt bien.

Vieillissement de la population

L’Association médicale canadienne (AMC) pense que la récession est un signe qu’il est temps de réfléchir sur les moyens de soutenir la croissance économique dans une société vieillissante.

«Lorsque le système de santé est en bon état, cela se répercute sur tous les aspects de la vie économique, depuis la politique budgétaire jusqu’à la productivité de la main d’œuvre. Rappelons que la population active est de moins en moins nombreuse par rapport au nombre de retraités au Canada», a lancé la Dre Cindy Forbes, présidente l’AMC.

On compte actuellement au Canada environ cinq travailleurs pour chaque retraité. Cette proportion devrait tomber à 2,7 d’ici 2030.

TC Media

image