27 octobre 2015
L’école Martel embarque dans le mouvement Trottibus
Par: Sarah-Eve Charland
Au Québec, près de 90 écoles ont le service ou sont en développement pour obtenir le Trottibus. | Gracieuseté - Société canadienne du cancer

Au Québec, près de 90 écoles ont le service ou sont en développement pour obtenir le Trottibus. | Gracieuseté - Société canadienne du cancer

Les élèves de l’école Martel pourront dès la fin novembre embarquer dans le projet de Trottibus qui leur permettra de se rendre à pied à l’école en toute sécurité.

Publicité
Activer le son

Le Trottibus est un autobus pédestre. Des parents bénévoles effectueront des trajets tous les jours de la semaine. Les élèves inscrits pourront se joindre au groupe lorsque ce dernier arrivera à leur point d’embarquement.

C’est Mélanie Gladu, membre du conseil d’établissement de l’école Martel, qui en a eu l’idée. Le projet provient de la Société canadienne du cancer, mais est porté par le comité Pour le plaisir de bouger et de bien manger et par le comité Voir Grand pour nos petits dans la région.

« C’est sécuritaire et sécurisant pour les parents. Cela permettrait de réduire l’intimidation sur le chemin de l’école », mentionne Sophie Giguère, de Voir Grand pour nos petits.

« De plus en plus, ça deviendra un projet de la communauté. On espère que la communauté prendra en main le Trottibus », explique la coordonnatrice du comité Pour le plaisir de bouger et de bien manger, Monique Roberge.

Un sondage a été réalisé auprès des parents des élèves de l’école Martel au mois de septembre. Une douzaine de parents se sont portés volontaires pour effectuer les trajets tous les jours. Les parents de 24 élèves se sont montrés intéressés à y inscrire leur enfant.

« C’est très bon. Avec le temps, on s’attend à ce que ça double. Avec une douzaine de parents bénévoles, le projet devient réalisable. On aimerait aussi recruter d’autres bénévoles pour les remplacements », ajoute Mme Roberge.

Deux trajets

Les organisatrices souhaitent mettre en place deux trajets à Saint-Joseph-de-Sorel, l’un à l’est et l’un à l’ouest. Le projet devrait commencer à la fin du mois de novembre et se poursuivre tous les jours, et ce, jusqu’à la fin de l’année, beau temps, mauvais temps.

La majorité des élèves de l’école Martel doivent se rendre à pied en classe. Le droit au transport est accordé en fonction de la distance de marche entre la résidence de l’élève et son école. La distance est de 400 mètres pour les élèves de niveau préscolaire et 1600 mètres pour le niveau primaire.

Au Québec, près de 90 écoles ont le service ou sont en développement pour obtenir le Trottibus.

image