21 janvier 2021
Le virtuel au service du Carrefour naissance-famille
Par: Katy Desrosiers

La capacité d’accueil de la halte-garderie a dû être réduite en raison des mesures sanitaires et de la distanciation à respecter. Photo gracieuseté

Grâce au travail d’adaptation de l’équipe du Carrefour naissance-famille et à la technologie, les activités prévues au calendrier pour les enfants et les parents ont pu se poursuivre tout au long de la pandémie. Heureusement, puisque la demande pour les différents ateliers et programmes ne diminue pas.

Publicité
Activer le son

« On s’est vraiment reviré sur un dix cents dès la première semaine de l’arrêt. Notre tour de force, ç’a été au niveau de l’intervention auprès des familles. Il y a des nouvelles familles qui étaient anxieuses, stressées. On a fait beaucoup d’intervention téléphonique », souligne l’agent aux communications pour l’organisme, Martin Faucher.

Aussi, grâce à la plateforme ZOOM et au téléphone, tous les services ont pu être maintenus comme les cours prénataux, les ateliers parents-enfants, le groupe Boomerang pour les papas, les cafés-rencontres et la clinique d’allaitement.

Le service de répit a été transformé en répit poussette. Au lieu d’aller dans les maisons, une membre de l’équipe s’occupait du bébé lors d’une marche à l’extérieur.

Également, des capsules web ont été diffusées pour fournir de l’information sur le développement de l’enfant et partager des idées d’activités à faire. Celles-ci ont cumulé plus d’une dizaine de milliers de vues.

Un service de livraison a aussi été mis en place pour que les parents puissent faire des achats à la boutique de l’organisme.

À l’été, les ateliers de développement parents-enfants ont pu reprendre en présentiel. La halte-garderie également bien que la capacité d’accueil a été réduite pour respecter les mesures sanitaires et la distanciation.

À l’automne, les ateliers de développement se sont poursuivis avec six parents au lieu de 12. Des plages horaires ont été ajoutées pour répondre à la demande.

Cet hiver, la programmation était planifiée et les inscriptions étaient déjà réalisées pour les ateliers 0-6 mois et 6-12 mois. Avec le confinement, ils ont dû être transposés à nouveau en ligne.

M. Faucher affirme que ce type d’atelier pour les tout-petits s’adapte bien en virtuel puisqu’à cet âge, l’enfant est statique.

« On peut faire des exercices moteurs et le massage du bébé. Pour le contenu, on aborde entre autres le sommeil, la nutrition, les crises et l’adaptation avec la vie de famille », explique-t-il. La formule permet aussi aux deux parents d’assister à l’atelier. Une trousse d’activités leur est remise.

Pour les ateliers concernant les enfants de plus de 12 mois, ils étaient prévus plus tard au printemps. M. Faucher espère que dans la semaine du 9 février, il soit possible de reprendre les ateliers en présentiel.

Pour l’instant, la halte-garderie est ouverte. Elle s’adresse aux parents ayant besoin de répit ou pour les urgences.

Un service de cueillette de produits sera mis en place sous peu et l’aide à domicile pourra reprendre.

L’implication, la clé du succès

Martin Faucher affirme que les services ont pu être maintenus grâce à l’équipe qui a accepté de mettre les bouchées doubles pour adapter sa façon de travailler. Ainsi, aucun employé n’a vu ses heures réduites.

« Tout le monde était d’accord pour le faire. Ç’a été l’élément déclencheur pour qu’on puisse poursuivre. La direction a beau dire que l’on continue, mais ça prend l’engouement de l’équipe. Ça fait partie de nos forces. On est très solidaires et on a travaillé très fort », mentionne-t-il.

Avec ce nouveau confinement, certaines inquiétudes planaient chez les employés concernant le chômage. Toutefois, rapidement, l’organisme a constaté que les besoins étaient toujours présents.

Il est possible de rejoindre le Carrefour naissance-famille au 450 743-0359, poste 21 pour en savoir plus sur les services offerts.

image