17 septembre 2015
Le travail est loin d’être terminé, croient les candidats
Par: Julie Lambert
Les candidats aux élections fédérales pensent que la campagne est loin d’être terminée plusieurs semaines avant le jour du vote le 19 octobre. | Photo: TC Média - Archives

Les candidats aux élections fédérales pensent que la campagne est loin d’être terminée plusieurs semaines avant le jour du vote le 19 octobre. | Photo: TC Média - Archives

À mi-chemin du jour du vote le 19 octobre prochain, quatre des cinq candidats en lice pour les élections fédérales assurent que rien n’est encore gagné dans la circonscription Bécancour-Nicolet-Saurel et que la campagne électorale prendra de la vitesse, car ils redoubleront d’efforts au cours des prochaines semaines.

Le candidat du Parti vert, Claude Poudrier, croit que les choses commencent à être de plus en plus intéressantes puisque les chefs de partis sortent de leurs programmes.

« Je suis fier de ma chef Elizabeth May. Elle a fait de belles sorties même si elle a beaucoup priorisé son comté. Ma campagne se déroule bien aussi. Je ne suis pas un homme du milieu politique, mais j’avais à cœur de présenter notre plan. J’espère être plus présent sur le terrain et je veux participer au débat », souligne-t-il.

Le bloquiste Louis Plamondon pense également que la campagne prendra de la vitesse à partir de cette semaine puisque les débats locaux et en français des chefs de partis auront lieu.

« Les gens n’étaient pas encore dans l’ambiance. Les prochaines semaines vont nous permettre de préciser les programmes. Même si on met les trois partis côte-â-côte, la plus grande part va se jouer sur le terrain. Au Québec, rien n’est encore fait », pense-t-il.

Pour le candidat libéral Claude Carpentier, la campagne vient tout juste de commencer. Il pense avoir senti un regain de la population sur le terrain depuis quelques jours.

« La campagne est relativement serrée au niveau des partis. Il faut toutefois se méfier des sondages, puisque les gens viennent de s’y intéresser. Plusieurs personnes m’abordent et je sens un besoin d’information sur la contribution que pourrait apporter le Parti libéral à la région », affirme M. Carpentier.

Le candidat du Nouveau parti démocratique (NPD), Nicolas Tabah, croit que son travail est loin d’être terminé et il continuera à parcourir le comté jusqu’à la date fatidique du 19 octobre.

« Les gens me posent de plus en plus de questions. Je sens que leur ligne de pensée est semblable à celle de mon parti. Je n’ai rien contre le travail qui a été fait par M. Plamondon depuis plusieurs années, mais les gens semblent vouloir être du côté du gouvernement au lieu de celui de l’opposition », soutient-il.

Un nouveau candidat dans la course

L’arrivée d’un nouveau candidat conservateur dans la course, Yves Laberge, n’a suscité aucune crainte aux quatre autres candidats. Chacun se doutait que le Parti conservateur allait présenter quelqu’un dans le comté.

« La campagne est calme et respectueuse. Il n’y a pas de tirage de cheveux. C’était entendu qu’un candidat se présenterait. Il aura à faire un gros apprentissage de la région. Il est important que les gens d’accord avec les politiques de Stephen Harper se retrouvent dans un parti local », a réagi M. Plamondon.

M. Poudrier lui a souhaité bienvenue dans la course. « Je n’ai pas été surpris. Je lui souhaite bonne chance, même si je crois que les gens ne vont pas opter pour le conservatisme dans la région. »

image