10 août 2021
Championnat du monde WAKO
Le Sorelois Hugo Beauchemin représentera le Canada en kickboxing
Par: Alexandre Brouillard

Le Sorelois Hugo Beauchemin participera au Championnat du monde WAKO qui se déroulera du 15 au 24 octobre, à Jesolo Lido, en Italie. Photo gracieuseté

Hugo Beauchemin a mis les bouchées doubles à l'entraînement pour être prêt pour le Championnat du monde qui aura lieu du 15 au 24 octobre prochain, à Jesolo Lido, en Italie. Photo gracieuseté

Le Sorelois a reçu une invitation de la part de Georges St-Pierre afin d'intégrer la ligue professionnelle Karate Combat. Photo gracieuseté

Maintenant âgé de 40 ans, Hugo Beauchemin prendra part à son cinquième championnat du monde en sport de combat, du 15 au 24 octobre prochain, à Jesolo Lido, en Italie. Le combattant sorelois ne vise rien de moins qu’une médaille d’or lors de cette compétition organisée par la World Association of Kickboxing Organizations (WAKO).

Publicité
Activer le son

« Participer au Championnat du monde WAKO a toujours été un rêve pour moi, lance d’emblée Hugo Beauchemin, qui en sera à sa cinquième participation à une compétition d’une telle envergure. C’est la compétition la plus renommée et la plus forte au monde. Je m’en vais là pour gagner la médaille d’or. »

Lors de cette compétition, Hugo rivalisera dans la catégorie kickboxing full-contact, qui a été créée et promue par la WAKO, dès 1978, en Europe. Il sera d’ailleurs le seul représentant de l’unifolié à combattre dans cette catégorie chez les 71 kg et moins, alors qu’une trentaine de combattants canadiens, dont trois Québécois, prendront part à la compétition au sein de différentes catégories.

« Même si ce sera ma cinquième participation au Championnat du monde, c’est toujours spécial pour moi. J’ai maintenant 40 ans, c’est donc peut-être ma dernière participation à une compétition de niveau amateur de la sorte. »

Le combattant sorelois a beaucoup d’expérience sur la scène internationale, alors qu’il a déjà participé au Championnat du monde au Kentucky, à Orlando et à Paris. Sans oublier qu’en 2010, il avait terminé en seconde position en kickboxing full-contact au Championnat du monde World Kickboxing Association (WKA) qui s’était tenu à Édimbourg, en Écosse.

« Évidemment, je veux gagner, mais je veux au minimum terminer parmi les quatre premiers de ma catégorie pour obtenir mon laissez-passer pour le World Combat Games qui aura lieu en mars 2022, ajoute-t-il. C’est comme les Jeux olympiques des sports de combat et il se déroule une fois tous les quatre ans. »

Mettre les bouchées doubles

Même s’il ne montre aucun signe de ralentissement, l’athlète a redoublé d’efforts lors de son camp d’entraînement.

« Je me suis entraîné encore plus fort qu’auparavant, confie-t-il. Vu qu’il n’y avait pas de championnat canadien cette année en raison de la COVID-19, j’ai dû me rendre à un camp d’entraînement à Toronto pour que tous les combattants canadiens puissent être évalués mentalement et physiquement. »

Ainsi, l’homme de 40 ans a été choisi parmi l’élite canadienne pour représenter le pays sur la scène internationale. « C’est la compétition que je prends le plus au sérieux depuis le début de ma carrière. J’ai même refusé un combat professionnel en MMA (arts martiaux mixtes) pour pouvoir me rendre en Italie », admet-il.

Le propriétaire de l’école Kickboxing Longueuil HB a démarré une campagne de sociofinancement pour faciliter sa préparation en vue du combat.

« Il y a beaucoup de coûts reliés à cette compétition. Je vais perdre beaucoup de journées de job parce que je devrai débourser pour aller à Toronto encore cinq fois d’ici la compétition pour m’entraîner », explique-t-il.

Il soutient que le montant amassé lui permettra de « calmer son mental » d’ici son départ vers l’Italie où il disputera un des plus gros défis de sa carrière.

Vers des combats professionnels?

Après son séjour en Italie, le Sorelois n’écarte pas la possibilité de combattre au niveau professionnel, alors qu’il a reçu une invitation de la part de Georges St-Pierre afin d’intégrer la ligue Karate Combat, en Europe.

« J’ai déjà deux combats chez les pros à mon dossier. Au troisième, je ne pourrai plus évoluer au niveau amateur, mais l’invitation de Georges est intéressante. J’ai déjà beaucoup d’expérience en karaté, mais avant de me lancer là-dedans, je veux avoir un bon résultat au Championnat du monde et obtenir mon ticket pour le World Combat Games », conclut Hugo Beauchemin.

image