6 octobre 2021
Avec une première apparition publique à MétéoMédia
Le Sorelois Alex Verville s’épanouit dans l’univers de la drag
Par: Katy Desrosiers

Alex Verville s’est découvert une passion pour le maquillage, qui lui sert beaucoup dans l’univers de la drag. Photo gracieuseté

Avec Jessie Précieuse, Alex Verville compte participer à de plus en plus de spectacles. Photo gracieuseté

Alex Verville est présentateur et rédacteur à MétéoMédia depuis quelques années. Photo Audrey-Ann Beaulé

Présentateur et rédacteur à MétéoMédia le jour et drag-queen le soir, le Sorelois d’origine Alex Verville fait tranquillement sa place dans le monde de la drag au Québec. Alors que la pandémie lui a permis de peaufiner sa drag-queen Jessie Précieuse, il compte bien dans la prochaine année multiplier ses apparitions, surtout sur scène.

Publicité
Activer le son

Au secondaire, Alex Verville participait autant à l’expo-sciences qu’au club de théâtre. Maintenant, il combine ces deux champs d’intérêt en abordant des phénomènes météorologiques à la télévision et sur le web et en développant ses talents en couture, maquillage et performance avec Jessie Précieuse.

Malgré qu’il connaissait le milieu de la drag de l’extérieur, c’est depuis environ deux ans qu’il a décidé de s’y dédier plus sérieusement. Après une visite chez un artiste maquilleur avec ses collègues de MétéoMédia, il a développé un intérêt pour le maquillage. « J’ai décidé d’acheter une palette et ç’a changé le reste de mon existence », rigole-t-il.

Quand la pandémie est arrivée, il était un peu découragé de ne pas pouvoir présenter Jessie Précieuse sur scène. « Finalement, j’ai pu perfectionner mon make-up, mes trucs et j’étais prêt à faire le grand saut quand MétéoMédia m’a donné l’opportunité de faire de la drag en ondes. Ce qui est le fun, c’est que je suis rentré dans la scène de la drag d’une autre façon », mentionne-t-il.

Lors du Mois de la Fierté, qui célèbre la communauté LGBTQ2, son employeur lui a proposé de faire des segments en Jessie Précieuse. Même s’il a suscité la haine chez certains sur les réseaux sociaux, en général, il a reçu une bonne réponse. « Je pense que ç’a été mieux reçu en raison de Rita Baga (drag-queen présente dans le milieu télévisuel québécois) qui a pavé le chemin un peu avant », note-t-il.

Aussi, il a été surpris de recevoir beaucoup de soutien de gens dans la cinquantaine de Sorel-Tracy. Et pour ceux qui ne comprennent pas encore la drag, il leur explique qu’il s’agit d’un art avec un côté activiste.

« J’aime défendre ma communauté et lui donner une voix. Mais à la base, j’explique aux gens que c’est le même principe qu’un artiste du cirque. Les artistes du Cirque du Soleil sont autant maquillés que moi, je ne suis juste pas sur un trapèze en train de me pitcher dans le vide », lance-t-il en riant.

Cette opportunité à MétéoMédia a été une occasion de plus de sensibiliser la population afin de faire diminuer les préjugés. Mais ce n’est pas encore gagné, rappelle-t-il. Il souhaite qu’un jour, toutes les drags soient capables de s’exprimer sans crainte de se faire frapper dans la rue.

Également, chaque drag-queen a sa propre essence. Pour Alex, avec Jessie Précieuse, il mise sur sa force en théâtre musical. Le 27 septembre, il a participé à son premier spectacle sur scène et a utilisé son talent pour la comédie. Dans les prochaines semaines, il tentera d’être sélectionné pour un concours dans le milieu. Son défi, à moyen terme, sera de montrer tout ce dont il est capable, en plus de la comédie.

Se découvrir grâce à la drag

Avant d’en arriver à la drag, Alex Verville a parcouru un long chemin d’acceptation de soi.

« Je pense souvent à mon parcours au secondaire. Ma féminité, c’était un non tout le temps, avoue-t-il. Aujourd’hui, je me fais applaudir pour ma féminité. C’est weird de penser que tu passes de te faire lancer des coke diète par la tête parce que t’es féminin et à te faire lancer des billets de 20 $. »

Il est conscient que tous n’auront peut-être pas la chance de traverser ce long processus pour enfin être heureux.

« Probablement que beaucoup de gars passent par là et n’auraient pas la même chance de briser le mur devant eux, admet-il. J’étais super féminin au secondaire. Après, j’ai commencé à imiter les gars pour être full masculin. Ensuite, j’ai brisé ça pour la drag. S’il y a seulement un gars de Sorel qui est capable de se dire « je ne vais pas me rendre jusqu’à imiter des gars masculins pour ne pas me faire intimider », je serais bien content parce qu’il n’y a rien de le fun dans tout ça au final. »

Avec cet art, il a découvert en lui une force qu’il ne soupçonnait pas. Il s’assume plus et est plus outillé pour faire face à ses détracteurs.

À long terme, Alex Verville aimerait pouvoir combiner son amour pour l’animation et la drag. Il souhaiterait développer un concept où il serait possible de voir autant Alex que Jessie.

Également, il invite les gens à aller voir un spectacle de drag pour constater tous les talents que ces artistes possèdent.

image