3 octobre 2016
Le Réseau cyclable La Sauvagine lance un cri du cœur
Par: Sarah-Eve Charland
Les administrateurs du Réseau cyclable La Sauvagine veulent toujours prolonger la piste cyclable jusqu’à Saint-François-du-Lac. | TC Média - Julie Lambert

Les administrateurs du Réseau cyclable La Sauvagine veulent toujours prolonger la piste cyclable jusqu’à Saint-François-du-Lac. | TC Média - Julie Lambert

Les membres du conseil d’administration du Réseau cyclable La Sauvagine en ont assez d’attendre. Sa présidente Hélène Paris a interpellé, le 3 octobre en point de presse, les élus de la MRC de Pierre-De Saurel pour développer des solutions afin de financer le prolongement de la piste cyclable jusqu’à Saint-François-du-Lac.

« On se bat depuis des années pour continuer notre piste cyclable. Tant qu’elle ne sera pas complétée, ça me fait mal […] On est arrivés au bout de nos ressources », a lancé Mme Paris.

Le réseau cyclable La Sauvagine est une piste cyclable de 12 km qui traverse la ville de Sorel-Tracy et se rend à Saint-Robert. Le projet de prolongement prévoit d’étirer la piste sur 11 km de Saint-Robert à Saint-François-du-Lac.

Le projet total représente un investissement de 2,8 M$, dont 1,6 M$ dédiés à la construction d’une passerelle pour traverser la route 132 à la hauteur du rang Picoudi.

Rappelons qu’en novembre 2015, le réseau s’est vu refuser, par le ministère des Transports du Québec, une subvention de 617 832$ qui aurait servi à l’aménagement d’un passage sous-terrain sur la route 132 à la hauteur du rang Picoudi.

Le réseau avait également obtenu un financement de 500 000$ de Développement économique Canada. Toutefois, les élus de la MRC Pierre-De Saurel ont dû refuser cette subvention.

« La subvention n’était pas suffisante. On ne peut pas aller en emprunt pour 2,3 M$. Il faut toujours penser aux citoyens. Ce sont eux qui paient au final. […] Il y a une volonté des élus, mais on est toujours en recherche de financement », a expliqué en entrevue le préfet de la MRC, Gilles Salvas.

Des alternatives

Mme Paris a proposé plusieurs idées de financement en conférence de presse, soit d’augmenter les comptes de taxe foncière de 1$ par propriété ou d’utiliser les revenus des éoliennes. Un message auquel Gilles Salvas s’est montré ouvert. « C’est un projet qui nous tient à cœur à la MRC. »

Il compte sur les programmes de financement pour les infrastructures du gouvernement du Canada, dont certaines enveloppes seront dédiées aux loisirs et au tourisme.

Utiliser une partie des revenus des éoliennes est également une possibilité envisagée. « On est convaincus qu’il y aura des retombées grâce aux éoliennes. Il est possible d’injecter des sous dans des projets régionaux. La décision sera prise par les élus au moment des rentrées d’argent. »

image