7 novembre 2018
« Le Québec perd un grand homme » – Sylvain Simard
Par: Jean-Philippe Morin

Bernard Landry a livré un discours à Contrecœur en 2015 pour appuyer la candidature de Xavier Barsalou-Duval, éventuel député du Bloc québécois dans la région. (Photo : archives/Sarah-Eve Charland)

Bernard Landry a livré un discours à Contrecœur en 2015 pour appuyer la candidature de Xavier Barsalou-Duval, éventuel député du Bloc québécois dans la région. (Photo : archives/Sarah-Eve Charland)

L’ex-député-ministre de Richelieu, Sylvain Simard, s’attriste de la mort de son grand ami Bernard Landry, décédé le 6 novembre à l’âge de 81 ans.

« Je suis triste, comme tous les Québécois. C’était mon ami pendant tellement d’années. Le Québec perd un grand homme qui a travaillé toute sa vie pour construire un Québec avec un meilleur avenir. Tous ceux qui l’ont connu le savent, c’est une perte énorme pour tous les Québécois », a-t-il laconiquement dit, lorsque joint à sa résidence de Massueville.

M. Simard a été député de 1994 à 2012 dans Richelieu. Il a donc bien connu Bernard Landry, qui a été député de Verchères, sa circonscription voisine, de 1994 à 2005. M. Landry résidait d’ailleurs toujours à Verchères dans une maison ancestrale sur le bord de l’eau.

Pluie de témoignages

Depuis l’annonce de sa mort le 6 novembre, les commentaires affluent. Sylvain Rochon, député péquiste de Richelieu de 2015 à 2018, a eu la chance de le croiser à quelques reprises durant son mandat.

« Durs moments. Voir nos espoirs déçus et, en même temps, perdre des amis qui les ont, avec nous, si passionnément portés: Bernard Landry, Élaine Zakaïb, Fernand De Guise. On se croirait au cinéma devant un film au scénario invraisemblable […] », a-t-il notamment écrit.

Celui qui l’a succédé comme député de Verchères de 2005 à 2018, le péquiste Stéphane Bergeron, a aussi livré un message inspirant sur sa page Facebook.

« Même ces derniers mois, alors qu’on pouvait désormais voir en lui un homme frêle à la démarche hésitante et à la voix chevrotante, c’est sa force tranquille, sa personnalité imposante, sa parole assurée et l’ampleur de son important legs qui transparaissaient, qui occupaient néanmoins tout l’espace, qui retenaient l’attention. […] Ce fut déjà, pour moi, un grand honneur que de succéder à Bernard Landry dans Verchères. Mais je chérirai toute ma vie cet immense privilège qui m’a été donné d’avoir pu le côtoyer pendant plusieurs années. Merci monsieur Landry! », a-t-il écrit .

La députée caquiste de Verchères, Suzanne Dansereau, a été mairesse de Contrecœur, qui se situe dans la circonscription de Verchères, de 2001 à 2017. Selon elle, Bernard Landry faisait partie des grands hommes qui ont façonné le Québec après René Lévesque et Jacques Parizeau.

« C’était un homme avec beaucoup d’humour, très simple. C’était un homme très brillant. Je l’écoutais souvent discourir parce qu’il était un orateur magnifique. Je pouvais le faire pendant des heures », témoigne-t-elle.

La députée l’a côtoyé à plusieurs reprises lorsqu’il était député de Verchères et aussi ministre. Elle avait bénéficié de son aide pour l’obtention d’une subvention afin de convertir la Maison Lenoblet-du-Plessis de Contrecœur. Un lieu qu’il adorait visiter à l’occasion puisqu’il était un fervent amateur d’histoire, souligne-t-elle. C’est d’ailleurs lors d’une visite dans ce lieu il y a deux ans que Mme Dansereau l’a vu pour la dernière fois.

« Il m’avait appelé pour aller visiter une exposition sur les forgerons. Il était très fier de notre patrimoine et des Patriotes. Il était un homme très cultivé, qui s’intéressait à tout et qui posait vraiment beaucoup de questions », conclut-elle.

« M. Landry a toujours été pour nous une source d’inspiration en matières de développement économique, d’intégrité et de gouvernance au cours des années où il a été en politique et, par la suite, à titre d’intervenant régulier lors des diverses activités de concertation et de réseautage organisées par la MRC », ajoute Suzanne Roy, préfet de la MRC de Marguerite-D’Youville, qui couvre les municipalités de Verchères.

Les drapeaux ont été mis en berne à plusieurs endroits au Québec dont Contrecœur, Verchères, Sorel-Tracy ainsi qu’à l’Assemblée nationale à Québec.

Avec la collaboration de Julie Lambert

 

Sa carrière politique

  • Adhère au Parti québécois en 1968
  • Élu député du Parti québécois dans Fabre en 1976
  • Défait dans Laval-des-Rapides en 1985.
  • Élu dans Verchères en 1994. Réélu en 1998 et en 2003.
  • Chef du Parti québécois de 2001 à 2005.
  • Premier ministre du Québec de 2001 à 2003.
  • Chef de l’opposition officielle de 2003 à 2005.
  • A occupé divers postes de ministres tout au long de sa carrière politique.
image