19 mars 2019
Grâce aux dons récoltés avec le Défi Vélo Lussier
Le programme Défi-Cancer du CAB permet d’aider des dizaines de gens atteints de cancer
Par: Katy Desrosiers
Frédéric Cournoyer, membre du comité organisateur du Défi Vélo Lussier et Joëlle Racine, coordonnatrice pour le CAB. 
Photo Katy Desrosiers | Les 2 Rives ©

Frédéric Cournoyer, membre du comité organisateur du Défi Vélo Lussier et Joëlle Racine, coordonnatrice pour le CAB. Photo Katy Desrosiers | Les 2 Rives ©

Le programme Défi-Cancer du Centre d’action bénévole du Bas-Richelieu a permis d’aider environ 400 personnes à faible revenu de la région atteintes de cancer depuis sa création il y a huit ans. L’argent récolté chaque année lors du Défi Vélo Lussier permet d’aider les gens avec le transport, l’hébergement et d’autres services.

Joëlle Racine, coordonnatrice pour le CAB, explique que le programme Défi-Cancer existe uniquement grâce au Défi Vélo Lussier. Il permet d’aider les gens à faible revenu de la MRC de Pierre-De Saurel à payer des frais quotidiens reliés à leur maladie. Selon elle, la majeure partie des fonds alloués sert pour le transport comme il n’y a pas de radiothérapie offerte dans la région. Les personnes peuvent donc voyager gratuitement avec des bénévoles du CAB pour se rendre à leurs rendez-vous. Aussi, les bénéficiaires peuvent recevoir un remboursement afin de payer une partie de l’hébergement, pour le service de la popote roulante et du matériel médical.

Les personnes admissibles sont celles avec un revenu annuel de moins de 25 000 $ par an. « On parle des personnes à faible revenu mais qui ne sont pas sur l’aide sociale, car elles ont déjà le transport gratuit. […] Le programme n’est pas rigide, on évalue au cas par cas », mentionne Joëlle Racine. Elle explique qu’il y a aussi un volet écoute. « J’ai une formation en éducation spécialisée. J’accueille les gens et je le leur explique le programme. Parfois je ne vois jamais la personne malade parce qu’elle est en soins palliatifs. Je fais affaire avec le conjoint », ajoute-t-elle. Par année, le CAB aide une soixantaine de personnes.

Un service unique

Selon les informations du CAB, il est le seul Centre d’action bénévole au Québec à offrir ce type de service. Frédéric Cournoyer, membre du comité organisateur du Défi Vélo Lussier et directeur adjoint aux ressources matérielles chez Lussier Dale Parizeau explique que son père, qui a eu le cancer, a été traité à Laval. Il affirme qu’une des membres du personnel soignant était époustouflée que ce genre de service soit disponible. « J’ai déjà entendu une histoire où une personne malade ne pouvait plus se faire traiter, car elle n’avait même plus assez d’argent pour manger. Sois tu manges ou sois tu te fais traiter? C’est là que le Défi est important », avoue M. Cournoyer.

Il explique aussi que plusieurs personnes ayant bénéficié du programme Défi-Cancer s’impliquent lors du Défi Vélo Lussier. « Il y a même une personne qui est venue faire le défi après sa rémission. Joëlle en invite lorsqu’on fait la remise des chandails aux cyclistes. Personne ne peut rester indifférent face à ce qu’ils ont vécu. Souvent, ceux qui pédalent sont en forme, mais quand ils voient ces gens, ils savent pourquoi ils le font », explique-t-il.

Les défis à relever

Pour Joëlle Racine, un des défis est de faire connaître le programme davantage. Elle l’a déjà présenté au Service de l’oncologie de l’Hôtel-Dieu de Sorel, mais l’expérience serait à refaire. Elle souhaite que les gens qui peuvent en bénéficier en profitent et qu’aucune personne ne manque des traitements parce qu’elle n’a pas les moyens.

Le CAB est également partenaire avec la Société canadienne du cancer. Elle offre un service de prêt de prothèses capillaires et remet des prothèses mammaires externes en mousse pour les femmes ayant subi une mastectomie.

 

À lire aussi : Le Défi Vélo Lussier se place un objectif de 50 000 $

image