17 novembre 2017
Le pianiste Antoine Laporte se lance dans les concours internationaux
Par: Julie Lambert
Antoine Laporte a participé à son premier concours international en novembre dernier. |  © Photo: Gracieuseté/Kjel Erickson

Antoine Laporte a participé à son premier concours international en novembre dernier. | © Photo: Gracieuseté/Kjel Erickson

Le pianiste sorelois Antoine Laporte a vécu en novembre son premier concours international qui l’a mené jusqu’en Chine. Fort de cette expérience, il retentera sa chance en décembre aux États-Unis.

Le pianiste sorelois Antoine Laporte a vécu en novembre sa première expérience dans un concours musical qui l’a mené jusqu’en Chine. Fort de cette expérience, il retentera sa chance en décembre aux États-Unis.

Du 2 au 6 novembre, le musicien de 26 ans s’est envolé pour l’Asie afin de prendre part au concours Jinji Lake Piano Competition à Suzhou . Il y a eu 70 candidatures déposées pour ce concours, mais seulement 44 musiciens provenant de partout dans le monde ont été sélectionnés.

Il courait la chance de remporter de très gros prix. Son vol et son hébergement étaient déboursés, se réjouit-il. « J’ai appliqué en envoyant une vidéo et mon CV. Il y avait un gala d’ouverture et le premier round se déroulait du 4 au 6 novembre », explique Antoine Laporte.

Lors de sa prestation, il a présenté des œuvres de Beethoven, Rachmaninov, Chopin et Brahms afin d’impressionner les sept juges. Douze artistes ont été sélectionnés lors de cette étape de la compétition.

« Nous étions seulement huit Canadiens. J’étais vraiment content d’avoir été sélectionné. Cela s’est très bien passé, mais cela s’est arrêté pour moi à la première étape. Aucun Canadien n’est passé à la demi-finale », souligne le pianiste.

Si son aventure s’est terminée plus rapidement qu’il le souhaitait, Antoine Laporte se réjouit du temps qu’il a pu passer à visiter la ville. Il a aussi pu entendre le talent d’autres musiciens et se faire connaître sur la scène internationale.

« C’était mon premier concours international. C’est une très bonne expérience. J’ai eu la chance d’obtenir des commentaires de juges. Il y a des détails qu’ils auraient aimé entendre et qui auraient fait toute la différence. J’ai ramené ça avec moi et cela va m’aider à mieux me préparer pour ce concours », croit-il.

Guidé par l’expérience

Le musicien ne s’arrêtera d’ailleurs pas à cette expérience puisqu’il s’envolera pour la Louisiane aux États-Unis afin de participer à la 67th Wideman International Piano Competition du 1 er au 3 décembre. Il y interprétera Concerto N°1 en fa dièse mineur Op.1 de Rachmaninov.

Il ne s’arrêtera pas là, car il a déjà déposé sa candidature à d’autres concours internationaux, notamment à Dublin et au Japon. Étudiant à l’école Glenn Gould du Royal Conservatory of music de Toronto, Antoine Laporte compte dédier son temps entre les concours et ses études. Il songe d’ailleurs à aller les poursuivre en France après la fin de son programme cette année.

« Les concours sont vraiment utiles. Quand on gagne, cela nous permet d’obtenir des engagements, des concerts rémunérés avec des orchestres. Je vais continuer à travailler ma technique avec mon professeur. Je crois qu’il faut une bonne dose des deux, garder du temps pour s’améliorer et aller te chercher de l’expérience. C’est très constructif », conclut le pianiste.

image