27 juillet 2015
Le personnel d’urgence testé en situation de crise
Par: Julie Lambert
Une simulation a eu lieu au canal de Saint-Ours mettant à l’épreuve les habilités des services d’urgence de la région. | Photo: TC Média - Pascal Cournoyer

Une simulation a eu lieu au canal de Saint-Ours mettant à l’épreuve les habilités des services d’urgence de la région. | Photo: TC Média - Pascal Cournoyer

Une simulation a eu lieu au canal de Saint-Ours mettant à l’épreuve les habilités des services d’urgence de la région. | Photo: TC Média - Pascal Cournoyer

Une simulation a eu lieu au canal de Saint-Ours mettant à l’épreuve les habilités des services d’urgence de la région. | Photo: TC Média - Pascal Cournoyer

Une simulation a eu lieu au canal de Saint-Ours mettant à l’épreuve les habilités des services d’urgence de la région. | Photo: TC Média - Pascal Cournoyer

Une simulation a eu lieu au canal de Saint-Ours mettant à l’épreuve les habilités des services d’urgence de la région. | Photo: TC Média - Pascal Cournoyer

Une simulation a eu lieu au canal de Saint-Ours mettant à l’épreuve les habilités des services d’urgence de la région. | Photo: TC Média - Pascal Cournoyer

Une simulation a eu lieu au canal de Saint-Ours mettant à l’épreuve les habilités des services d’urgence de la région. | Photo: TC Média - Pascal Cournoyer

Une simulation a eu lieu au canal de Saint-Ours mettant à l’épreuve les habilités des services d’urgence de la région. | Photo: TC Média - Pascal Cournoyer

Une simulation a eu lieu au canal de Saint-Ours mettant à l’épreuve les habilités des services d’urgence de la région. | Photo: TC Média - Pascal Cournoyer

Une quarantaine de pompiers et policiers ont été testés, le 25 juillet dernier, au canal de Saint-Ours lors d’une simulation de renversement d’une embarcation mettant en pratique leurs habiletés à réagir en situation d’urgence.

Cette initiative de Parcs Canada avait lieu en matinée près du barrage du canal de Saint-Ours. On comptait parmi les intervenants les services d’incendie de Saint-Ours, Saint-Roch-de-Richelieu et de Sorel-Tracy, la Sûreté du Québec et la Garde côtière canadienne.

Seulement les directeurs des services avaient été informés de la simulation. Dans celle-ci, une chaloupe a chaviré et a envoyé ses trois occupants à l’eau. Deux des victimes se trouvaient sur chacune des rives du cours d’eau tandis qu’une autre était à la dérive, a décrit la porte-parole de Parcs Canada, Audrey Godin-Champagne.

« L’objectif de cet exercice était de vérifier notre nouveau plan d’intervention sur les cours d’eau. On cherche toujours à évaluer nos méthodes de façon périodique. Nous voulions voir s’il existait des lacunes. Cela permet de tester les équipes alors qu’elles sont sur l’adrénaline et qu’elles ne savent pas que c’est une stimulation », mentionne-t-elle.

Les voisins immédiats ont été avertis de la simulation afin de ne pas être pris de panique et quelques curieux étaient sur place pour voir le personnel des équipes d’urgence à l’œuvre.

Pour l’organisme, souligne Mme Godin-Champagne, il est important de toujours chercher à améliorer ses pratiques, surtout que des cas semblables arrivent régulièrement au cours de l’été sur les cours d’eau du Québec.

En juin 2013, un kayakiste de 21 ans de Verchères, Gabby Rodrigue, avait péri aux écluses de Saint-Ours. Lui et un autre homme avaient décidé de mettre leur kayak à l’eau à cet endroit, mais la victime a chaviré et s’est retrouvée dans les écluses.

image