26 mai 2021
Face à la lenteur des négociations
Le personnel de soutien manifeste au centre-ville de Sorel-Tracy
Par: Alexandre Brouillard

Environ 200 membres du Syndicat du personnel de soutien du CSS de Sorel-Tracy ont manifesté leur mécontentement dans les rues du centre-ville de Sorel-Tracy, le 26 mai. Photo Alexandre Brouillard | Les 2 Rives ©

Environ 200 membres du Syndicat du personnel de soutien du CSS de Sorel-Tracy ont manifesté leur mécontentement dans les rues du centre-ville de Sorel-Tracy, le 26 mai. Photo Alexandre Brouillard | Les 2 Rives ©

Environ 200 membres du Syndicat du personnel de soutien du CSS de Sorel-Tracy ont manifesté leur mécontentement dans les rues du centre-ville de Sorel-Tracy, le 26 mai. Photo Alexandre Brouillard | Les 2 Rives ©

Les membres du Syndicat du personnel de soutien du Centre de services scolaire (CSS) de Sorel-Tracy ont manifesté leur mécontentement, le 26 mai, dans les rues du centre-ville pour dénoncer la lenteur des négociations et pour exprimer leur exaspération.

Publicité
Activer le son

« Sans nous l’éducation s’écroule! Que ce soit les gens du service de garde, ceux de l’entretien ou du secrétariat, tous les membres du Syndicat du personnel de soutien sont essentiels au bon fonctionnement du système scolaire », a lancé Marie-Lou Crevier, présidente du syndicat du personnel de soutien du CSS de Sorel-Tracy, en s’adressant à une foule d’environ 200 personnes réunies pour démontrer leur mécontentement.

Les 557 membres CSN du personnel de soutien du CSS de Sorel-Tracy sont en grève depuis le 26 mai à midi. Ils manifesteront également le 27 mai jusqu’à midi devant les écoles Bernard-Gariépy et Saint-Gabriel-Lalement.

Rappelons qu’en mars dernier, après plus d’une année de négociations, le syndicat avait reçu une contre-offre de la part du gouvernement qu’il jugeait insuffisante.

« Rien n’a bougé depuis plus d’un mois, c’est pourquoi nous désirons un mandat clair pour les négociations! Nous voulons des conditions salariales justes et équitables ainsi que de meilleures conditions de travail. Nous devons avoir une meilleure rétention du personnel de soutien, sinon les élèves en souffrent. Avec un peu de volonté, le gouvernement Legault aurait pu éviter cette grève, mais nous devons dire aux gens qu’en ce moment, ce n’est pas agréable de travailler dans le secteur public », affirme Mme Crevier.

« Tout le personnel de soutien de la CSS de Sorel-Tracy est à bout de souffle, clame la présidente du syndicat. Nous voulons être reconnus à notre juste valeur parce que tous les types d’emplois sont importants pour le bon fonctionnement des écoles. »

La question salariale au centre des négociations

« Pour les travailleuses et les travailleurs de soutien scolaire, la question salariale revêt un caractère particulièrement important puisque la grande majorité d’entre eux gagne moins que le salaire moyen du Québec. […] Une grande part du personnel de soutien gagne moins de 25 000 $ par année », peut-on lire dans un communiqué émis par Fédération des employées et employés de services publics CSN.

Le 2 mai dernier, le gouvernement Legault avait affirmé que le Québec n’avait pas la capacité de payer davantage pour ses services publics. « Deux semaines plus tard, il annonçait en grande pompe des investissements de 10 milliards pour creuser un tunnel entre Québec et Lévis. C’est la démonstration ultime que la gestion des finances publiques, c’est une question de choix », lit-on en conclusion du communiqué.

Les 35 000 membres CSN du personnel de soutien dans les centres de services scolaire francophones et les commissions scolaires anglophones sont en grève aujourd’hui depuis midi et jusqu’à demain midi, partout dans la province.

image