5 février 2020
Le Pavillon Victorin sous le coup d’une sanction
Par: Sébastien Lacroix
Gilles Salvas a admis son erreur devant la RACJ. 
Photothèque | Les 2 Rives ©

Le maire de Saint-Robert, Gilles Salvas. Photothèque | Les 2 Rives ©

Le maire de Saint-Robert, Gilles Salvas, qui exploite la salle de réception le Pavillon Victorin depuis novembre 1995, a vu son permis de bar être suspendu et ses boissons alcooliques mises sous scellés pour une période de 30 jours au cours du mois de janvier. Une première pour lui en près d’un quart de siècle d’opération.

Publicité
Activer le son

La Régie des alcools, des courses et des jeux (RACJ)avait en effet décidé de sévir contre l’établissementen raison d’un manquement au permis de bar avec autorisation de danse et de spectacles sans nudité.

Comme il prenait ses vacances à cette période-ci de l’année, la suspension n’a pas affecté les affaires de Gilles Salvas. D’autant plus que janvier et février constituent généralement une période « morte » pour son établissement.

L’affaire en question remonte au 21 octobre 2017, lors d’un anniversaire de mariage country qui avait donné lieu à un rassemblement d’une cinquantaine de véhicules récréatifs auquel environ 85 personnes avaient participé.

Le vendredi soir, alors que la pluie, le froid et le vent s’étaient installés, les gens ont demandé à entrer dans l’établissement pour décorer la salle tout en festoyant en vue du souper du lendemain. C’est ainsi que des bouteilles de bière, vin et de spiritueux se sont retrouvés dans deux réfrigérateurs à l’arrière en vue d’être vendues par les organisateurs de l’événement.

Des contenants qui ne portaient par la marque consommation sur place (CSP) ou le timbre de la SAQ permettant la vente dans un bar, plaçant ainsi l’établissement dans l’illégalité. Lors du souper, une confusion s’est installée chez les employés qui y travaillent de façon occasionnelle. Ceux-ci se sont mis à servir des bouteilles non conformes au travers de celles de l’établissement, croyant à l’ajout de produits.

C’est alors qu’une policière est arrivée sur place à la suite d’un appel pour dénoncer une surcapacité. Même si elle n’a rien constaté à cet effet, elle afait, avecune collègue, une inspection systématiquecomme le veut la procédure pour un établissement détenant un permis d’alcool. C’est ainsiqu’elles ont découvert 91 bouteilles de bière, 23 bouteilles de vin et cinq bouteilles de spiritueux non timbrées pour un total de 71 litres d’alcool vendus « illégalement ».

« C’est très rare que ce ne soit pas moi qui vends la boisson, ajoute l’exploitant. Ça arrive peut-être une fois ou deux par année où ce sont les organisateurs qui se prennent un permis pour vendre la boisson. Dans ce temps-là, je loue la salle plus chère. Parce que je n’ai pas de revenus de boisson. [L’erreur] c’est qu’ils n’avaient pas leur permis et que je les ai laissé rentrer la veille, dans le fond, pour les accommoder. »

Lors de son audience, en juin dernier, Gilles Salvas a admis son erreur. Dans son rapport, il a ajouté que l’incident s’est produit lors de la campagne électorale municipale de 2017. Il croit que la plaignante pourrait être une adversaire politique.

Encore deux ans pour le Pavillon Victorin

La salle de réception de Gilles Salvas devrait fermer ses portes d’ici deux ans, non pas que l’endroit ne va pas bien, mais qu’il a été vendu il y a un an, à Transport Vilmik qui a des visées expansionnistes le long de la route 132.

C’est donc bientôt une page qui se tournera dans la région pour ceux qui ont fréquenté la salle de réception à différentes occasions. « Je suis locataire pour trois ans et j’ai un an de fait. Le 1er janvier 2022, je lui donne les clés. C’est pas mal sûr que ça deviendra un entrepôt ou un stationnement », indique Gilles Salvas qui a déjà annoncé son intention de prendre sa retraite à titre de préfet de la MRC de Pierre-De Saurel alors qu’il aura atteint l’âge de 70 ans.

image