26 juin 2019
Découverte de l’historienne-recherchiste Louise Pelletier
Le patriote Robert Nelson n’est pas inhumé dans la région
Par: Katy Desrosiers
Une pierre a été érigée à la mémoire de Robert Nelson au cimetière anglican de l’Église Christ-Church. 
Photo Pascal Cournoyer | Les 2 Rives ©

Une pierre a été érigée à la mémoire de Robert Nelson au cimetière anglican de l’Église Christ-Church. Photo Pascal Cournoyer | Les 2 Rives ©

Après 20 ans de recherche, l’historienne-recherchiste Louise Pelletier a pu trouver la preuve que le médecin et patriote Robert Nelson n’était pas enterré au cimetière anglican de l’Église Christ-Church avec les autres membres de la famille Nelson.

Robert Nelson, qui est né à Sorel-Tracy en 1793, est décédé en 1873 et a été enterré au cimetière Green-Wood à Brooklyn, avec sa famille, soit sa femme Emily J. Nelson et ses enfants Charles Eugene Nelson et Clarence Rule Nelson. La conjointe de Charles Eugene Nelson, Julia Rule Nelson, y repose aussi.

Dans le cimetière anglican se trouve toutefois une pierre tombale en forme d’obélisque sur laquelle on peut lire « à la mémoire de Robert Nelson M.D. décédé à Staten Island New York le 1er mars 1873 âgé de 80 ans ». Cependant, son corps n’est pas enterré dans la région.

« Le monument a été déménagé depuis l’ancien cimetière. Quand le terrain de l’ancien cimetière protestant a été vendu, les corps de tous les autres membres de la famille Nelson et les monuments ont été apportés au nouvel emplacement », souligne-t-elle.

Louise Pelletier a pu mettre la main sur une découpure du journal New York Times datant du 4 mars 1873 qui indique que le service funéraire de Robert Nelson a été chanté à l’Église Trinity de New York et que ce dernier a été inhumé au cimetière Green-Wood. Pourtant, selon la femme, aucune pierre tombale ne se trouve au cimetière à New York. Les seules preuves qu’elle détient sont les écrits.

Un intérêt qui perdure

L’historienne-recherchiste s’intéresse depuis plusieurs années à la famille Nelson. Il y a quelques années, elle a pu mettre la main sur le certificat de naissance de Robert Nelson qui atteste qu’il a vu le jour dans la région. Après l’avoir habité pendant quelques années, ils serait déménagé à Montréal et ensuite à New York.

Des documents découverts par Louise Pelletier démontrent que l’homme se serait marié à Montréal vers 1835. Selon les informations des Archives Nationales du Québec, il serait décédé à Staten Island à New York le 1er mars 1873.

image