23 juin 2021
Le Parc régional des Grèves acquiert un laboratoire de sciences naturelles
Par: Jean-Philippe Morin

Suzanne Dansereau, députée de Verchères, Maud Allaire, mairesse de Contrecœur et présidente du Parc régional des Grèves, Serge Péloquin, maire de Sorel-Tracy et Jean-Bernard Emond, député de Richelieu. Photo gracieuseté

Le Parc régional des Grèves a fait l’acquisition, le 22 juin, du Labo-Bio, un laboratoire de sciences naturelles qui comprend un bâtiment neuf équipé d’instruments scientifiques qui permettront l’observation, l’analyse et la compilation de données.

Publicité
Activer le son

Le Labo-Bio est installé depuis novembre dernier à côté du pavillon Jean-Paul Dubois, à l’accueil du chemin du Golf à Sorel-Tracy. On pourra le retrouver également, selon la saison, du côté de l’accueil de Contrecœur.

Grâce aux trois programmes mis de l’avant (initiation, éducation, recherche), le Labo-Bio s’adressera à une vaste clientèle allant d’une classe du troisième cycle du primaire à un groupe de recherche en passant, notamment, par des étudiants du collégial et des clubs de sciences naturelles.

La construction et l’aménagement du Labo-Bio ont été rendus possibles grâce à une subvention de 105 000 $ du ministère des Affaires municipales et de l’Habitation dans le cadre du Fonds d’appui au rayonnement des régions.

Retardée en raison de la COVID-19, la mise en service du Labo-Bio est prévue à l’automne prochain.

« Je salue cette initiative qui permettra à toutes les citoyennes et tous les citoyens, peu importe leur âge, d’en apprendre davantage sur la nature qui les entoure et les espèces qui y vivent. C’est une fierté, pour notre gouvernement, d’investir dans ce projet qu’est le Labo-Bio. J’espère qu’un grand nombre de personnes de la région et de tout le Québec en profiteront! », mentionne la ministre des Affaires municipales et de l’Habitation, Andrée Laforest.

« Le Parc régional des Grèves est un attrait incontournable pour les amateurs d’activités de plein air de la région. J’accueille favorablement ces investissements qui permettront à des étudiants de tous âges et à la communauté scientifique d’en apprendre plus sur la biodiversité de notre riche territoire. Je félicite les responsables de ce projet pour cette initiative qui profitera à un bon nombre de personnes », affirme le député de Richelieu, Jean-Bernard Emond.

« Quel bonheur de constater que le projet Labo-Bio se concrétise grâce à la participation de notre gouvernement! La Coopérative de solidarité du Parc régional des Grèves réunit plusieurs acteurs créatifs et proactifs qui initient et mènent à terme de beaux projets. Ils contribuent à la vitalité de notre territoire et à son rayonnement. D’ailleurs, je tiens à les remercier pour leur engagement dans le développement de leur communauté et leur souci de la rendre meilleure », souligne la députée de Verchères, Suzanne Dansereau.

« Le Parc régional des Grèves dispose d’un écosystème exceptionnel qui fait la fierté des gens d’ici. On ne pouvait pas rêver d’un meilleur site pour implanter un laboratoire de sciences naturelles au cœur d’un riche patrimoine écologique. Je salue cette belle initiative qui permettra de conjuguer éducation et environnement, deux valeurs qui me sont chères », mentionne le maire de Sorel-Tracy, Serge Péloquin.

« Je tiens à remercier toutes les personnes qui soutiennent l’idée que le Parc régional des Grèves peut devenir une véritable forêt-école. Leur appui à ce projet éducatif a fait en sorte d’obtenir cette subvention importante qui a rendu possible l’installation du Labo-Bio. Je suis persuadée que ce laboratoire mobile contribuera à une meilleure compréhension de la richesse de l’écosystème unique du parc ainsi que de sa grande biodiversité. Cette station scientifique permettra à nos jeunes de vivre une approche éducative axée sur l’observation de la nature et sur des expériences tangibles », affirme la mairesse de Contrecœur et présidente du Parc régional des Grèves, Maud Allaire.

image