8 mars 2017
Le Marché urbain vise élargir l’accès à des aliments de proximité
Par: Louise Grégoire-Racicot
Des membres du Marché urbain ont assisté à la rencontre de presse. De gauche à droite, on reconnaît: Julienne Nichilo responsable à l'approvisionnement;Isabelle Chartrand, directrice générale; Gaétan Dutremble, président de la Caisse Desjardins Pierre-De Saurel;Jean-Pierre Salvas, co-propriétaire de la fromagerie Polyethnique; Claire Duhaime, présidente du c.a.; Cheri-Lynn Mc Cabe, responsable de l’agriculture urbaine et Serge Péloquin, maire de Sorel-Tracy. | Photo: TC Média - Louise Beauchesne

Des membres du Marché urbain ont assisté à la rencontre de presse. De gauche à droite, on reconnaît: Julienne Nichilo responsable à l'approvisionnement;Isabelle Chartrand, directrice générale; Gaétan Dutremble, président de la Caisse Desjardins Pierre-De Saurel;Jean-Pierre Salvas, co-propriétaire de la fromagerie Polyethnique; Claire Duhaime, présidente du c.a.; Cheri-Lynn Mc Cabe, responsable de l’agriculture urbaine et Serge Péloquin, maire de Sorel-Tracy. | Photo: TC Média - Louise Beauchesne

Le Marché urbain Pierre-De Saurel cherche des sous pour implanter plus de jardins collectifs que ceux qu’il anime déjà à Saint-Joseph et à Sorel-Tracy.

Ainsi tient-il une campagne de financement dont le président est l’homme d’affaires et co-propriétaire de la Fromagerie Polyethnique Jean-Pierre Salvas. Cette campagne se terminera par un cocktail bénéfice le 23 mars prochain au café-théâtre Les Beaux-Instants

D’abord un groupe d’achat

Organisme d’économie sociale, le Marché urbain est un groupe d’achat fondé en 2013. Il donne accès à des aliments de proximité, produits du terroir de la région, des produits de niche et des produits de consommation plus courante.

« Le Marché est le seul intermédiaire entre plus de 20 producteurs de la région et les consommateurs. Nous encourageons la relève agricole tout en nous approvisionnant d’aliments frais, variés, nutritifs, à prix abordables », affirme la directrice générale, Isabelle Chartrand.

Le Marché affirme ainsi l’importance de la concertation entre urbains et ruraux, ainsi que de l’investissement dans l’ économie régionale, poursuit-elle.

Les membres commandent par Internet les produits qu’ils désirent acheter. Toutes les trois semaines, ils prennent livraison de leur commande à la gare.

Le groupe compte 240 membres dont 65 familles utilisent en moyenne le service à chaque livraison.

La carte annuelle coûte 15$.

Un volet inititiation dans les CPE

Un volet moins connu du marché est la création de jardins éducatifs et thérapeutiques.

« Nous travaillons en partenariat avec différents CPE et organismes de la région pour éduquer et habiliter les enfants, les parents et des consommateurs à cultiver leur propre nourriture et ainsi bâtir un système de sécurité alimentaire plus autonome », explique Mme Chartrand.

La campagne de financement vise d’ailleurs à amasser des fonds pour maintenir les trois jardins existants et surtout pour en développer de nouveaux.

Les actuels sont situés aux CPE Marie-Stella et Des Marguerites, à l’Associtaion de la déficience intellectuelle et aux Habitations Saint-Maxime. On y cultive légumes et fines herbes.

Les dons amassés en campagne de financement s’ajouteront aux sommes déjà investies par Desjardins et par Rio Tinto, des partenaires de la première heure.

Les personnes intéressées peuvent se procurer les billets du cocktail en composant le 450 556-1642 ou en écrivant à info@marcheurbainpds.com.

image