5 mars 2019
Bilan de l'entraîneur et de la direction
Le manque d’expérience a coulé les Rebelles en fin de saison
Par: Jean-Philippe Morin

Les Rebelles du Cégep de Sorel-Tracy ratent les séries pour une deuxième saison de suite. Photo Pascal Cournoyer | Les 2 Rives ©

Pour une deuxième année consécutive, les Rebelles du Cégep de Sorel-Tracy ne seront pas des séries éliminatoires en hockey collégial division 1. Les hommes d’Éric Messier étaient dans le coup jusqu’à la toute fin, mais ils ont subi huit défaites dans leurs neuf derniers matchs pour être officiellement éliminés du tournoi printanier.

Malgré leur fiche de 10 victoires, 23 défaites et trois défaites en surtemps, les Rebelles auraient pu s’en sortir avec un meilleur sort. C’est du moins le constat de l’entraîneur-chef, Éric Messier, et du responsable hockey au Cégep de Sorel-Tracy, Richard Farley.

« Sur les 36 matchs, il y en a 19 qui se sont terminés avec un but d’écart. Là-dessus, on n’a obtenu que cinq victoires. Dans les matchs serrés, on a eu de la difficulté à aller chercher le but important. Ça paraissait qu’on avait une équipe jeune dans ces moments. […] L’énergie était là, on a compétitionné toute l’année, puisque si on regarde les statistiques, on ne devrait pas être au dernier rang », relate M. Farley.

Éric Messier abonde dans le même sens. « Dans les 32 premiers matchs, il y en a eu 22 où on a eu plus de lancers que l’adversaire. On était dans la game jusqu’à la fin, c’était une question de détails. Il y avait un manque d’expérience chez certains joueurs. Je n’avais pas un gars de Midget AAA qui, par exemple, avait un certain bagage et pouvait prêcher par l’exemple. Quand il faut jouer le cadran et qu’on mène par un but, il faut prendre moins de chances. On n’avait pas ce genre de réflexe. On avait une équipe jeune, mais ce n’est pas une excuse », élabore l’entraîneur-chef.

Richard Farley cible d’autres facteurs pour expliquer l’exclusion de son équipe des séries éliminatoires. « On manquait de punch offensif. Dans les matchs serrés, un gros scoreur nous aurait peut-être permis d’aller chercher la victoire. Aussi, nous étions la deuxième équipe la plus punie du circuit. L’indiscipline à certains moments nous a fait mal. Malgré tout, on n’anticipe pas l’avenir avec pessimisme. L’an prochain, plusieurs jeunes joueurs auront un an de plus et on pense que nous serons encore plus compétitifs », croit-il.

Éric Messier veut revenir

L’entraîneur Éric Messier terminait cette saison sa 10e année derrière le banc des Rebelles. Au bout d’un deuxième contrat consécutif de cinq ans, le Sorelois d’adoption assure qu’il veut être de retour avec la formation collégiale l’an prochain.

« Dans ma tête, je reviens l’an prochain. Mon contrat se termine en mai, mais je suis encore actif avec l’organisation et je planifie déjà pour l’année prochaine. J’ai toujours du plaisir à enseigner aux jeunes malgré les deux dernières saisons difficiles. C’était plus le fun cette année parce qu’on a été dans le coup la plupart du temps, alors je veux continuer », souligne-t-il.

Quant à Richard Farley, il compte s’entendre avec son entraîneur sous peu. « Je suis pleinement satisfait de son travail. On planifie renégocier son contrat dans les prochaines semaines », conclut-il.

image