22 juin 2020
Le groupe de citoyens poursuit ses démarches contre Champag
Par: Jean-Philippe Morin

Le groupe de citoyens vend des pancartes au coût de 15 $. Photo Katy Desrosiers | Les 2 Rives ©

Le groupe de citoyens s’opposant à l’implantation de l’usine Champag à Saint-Roch-de-Richelieu continue de récolter des signatures pour sa pétition.

Publicité
Activer le son

Celle-ci a déjà récolté plus de 1660 signatures en ligne, mais le groupe rend maintenant disponibles des copies papier à Saint-Roch-de-Richelieu (Pharmacie Familiprix et Dépanneur Chez-Marie-Ann) ainsi qu’à Sorel-Tracy (Daniel Suspension et Moto-Pièces). Les commerçants voulant se procurer des copies peuvent contacter le groupe citoyen au stop.usine.champag@gmail.com.

Le comité a également mis en ligne un site web au www.stopponsusinechampag.info afin de donner davantage d’informations sur ce dossier qui dure depuis janvier 2017.

Les citoyens vendent également des pancartes STOP USINE CHAMPAG au coût de 15 $. Pour s’en procurer, il faut visiter le site web ou écrire au pancartes.stoppons.champag@gmail.com. Pour joindre un membre de l’équipe du groupe par téléphone, il faut contacter Patrick Ney au 514-928-3136.

Rappelons que le projet est estimé à 26 M$. Champag possède une champignonnière à Verchères, mais pour faire pousser les champignons, elle a besoin de substrat composé de paille et de fumier. Elle veut donc implanter cette usine à proximité, en l’occurence à Saint-Roch-de-Richelieu, afin de fabriquer la substance plutôt que l’importer de l’Ontario.

En juillet 2018, la Cour supérieure avait donné à la Municipalité de Saint-Roch-de-Richelieu qui refusait de délivrer le permis de construction. Le juge estimait qu’il s’agissait d’une activité de compostage, une méthode de traitement catégorisée industrielle. La cause a ensuite été portée en appel, puis les juges de la Cour d’appel ont finalement donné raison à l’entreprise en avril dernier. À ce moment, la Municipalité a décidé de porter le tout en Cour suprême.

image