10 janvier 2019
Le Gib Fest enregistre un surplus de 47 228 $
Par: Jean-Philippe Morin
Mathieu Gagné, Jean-Pierre Groulx et Nicolas Philibert ont présenté les états financiers et le bilan de l'édition 2018 du Gib Fest.
Photo Jean-Philippe Morin | Les 2 Rives ©

Mathieu Gagné, Jean-Pierre Groulx et Nicolas Philibert ont présenté les états financiers et le bilan de l'édition 2018 du Gib Fest. Photo Jean-Philippe Morin | Les 2 Rives ©

Le nouveau c.a. : Jocelyn Mondou (représentant de la Ville de Sorel-Tracy), Karine Bouchard, Kévin Arseneault, Line Latour, Samuel Brouillard, Chantal Bernard, Jean-Pierre Groulx, Sylvie Lemire, Mathieu Gagné et Nicolas Philibert.
Photo Jean-Philippe Morin | Les 2 Rives ©

Le nouveau c.a. : Jocelyn Mondou (représentant de la Ville de Sorel-Tracy), Karine Bouchard, Kévin Arseneault, Line Latour, Samuel Brouillard, Chantal Bernard, Jean-Pierre Groulx, Sylvie Lemire, Mathieu Gagné et Nicolas Philibert. Absents sur la photo: Yanick Lévesque et Sylvie Labelle (représentante de la Ville de Sorel-Tracy) Photo Jean-Philippe Morin | Les 2 Rives ©

Le conseil d’administration du Gib Fest, le 26 octobre dernier, prévoyait un surplus entre 30 000 $ et 40 000 $. Lors de l’assemblée générale annuelle le 9 janvier, c’est plutôt un surplus de 47 228 $ qui a été présenté pour l’édition 2018, qualifiée de réussite par les organisateurs.

« On n’a pas réinventé la roue, mais on a changé l’ADN du festival. On l’a actualisé en pensant aux jeunes, sans oublier les moins jeunes. Avant d’aller chercher du monde de l’extérieur, il faut garder notre monde ici, à Sorel. Tout le monde est fier du résultat de la dernière édition », a d’abord lancé le président du c.a, Jean-Pierre Groulx.

Pour l’édition 2017, un déficit de 3810 $ avait été enregistré. Les résultats de cette année s’expliquent par plusieurs facteurs, mais surtout par le succès de la vente des cartes d’accès et des bracelets (105 339 $ de revenus en 2018 vs 67 236 $ de revenus en 2017) et par les tirages (32 402 $ vs 6 741 $).

« On est très fiers de ce surplus, ajoute M. Groulx. En plus, on a eu une surprise concernant une subvention de Patrimoine Canada qui a été moins élevée que prévu. Il faut dire merci au beau temps, mais aussi merci à l’implication des commerçants et de la population. »

Un plan pour la dette

Selon les états financiers présentés le 9 janvier, la dette du Gib Fest est maintenant évaluée à 185 755 $. Les membres du c.a. sont confiants qu’en continuant de miser sur les points positifs de l’événement, la dette se résorbera peu à peu et les fournisseurs toujours impayés d’années antérieures le seront progressivement.

« Le plan, c’est que tout le monde pousse dans la même direction. Il ne faut pas miser sur les dernières années, il faut repartir à neuf. L’édition 2019 devra être un happening et c’est primordial que ça reste au centre-ville », souligne Jean-Pierre Groulx.

« Le plan, c’est d’avoir du succès! En permettant aux gens de se réapproprier le festival, en ayant du succès année après année, on parviendra à régler la dette. Il faut continuer de surfer sur la vague, parce qu’il y en a une vague! », ajoute le trésorier Nicolas Philibert.

Un nouveau conseil d’administration a été élu. Comme il ne restait que trois bénévoles sur l’ancien c.a. (Jean-Pierre Groulx, Mathieu Gagné et Nicolas Philibert) et qu’ils seront tous de retour, cinq postes d’administrateurs étaient vacants. Sept personnes se sont proposées dans le conseil d’administration : Chantal Bernard, Sylvie Lemire, Kévin Arseneault, Line Latour et Yanick Lévesque ont été élus comme administrateurs, tandis que Samuel Brouillard et Karine Bouchard ont été élus comme observateurs.

Succès pour les cartes-cadeaux

Avant les Fêtes, Jean-Pierre Groulx et son équipe ont vendu des carte-cadeaux donnant accès à tous les spectacles pour l’édition 2019 au coût de 20 $ afin d’avoir déjà une base pour l’an prochain. Avec un objectif de 500 billets vendus, le c.a. est content d’avoir atteint 440 ventes.

« C’est un succès pour nous. Quatorze marchands ont accepté d’en vendre dans leur commerce et nous avons été présents à deux parties des Éperviers de Sorel-Tracy les 14 et 21 décembre. On remercie la population et on lui demande encore son soutien pour la prochaine édition. En achetant une passe pour le festival, on assure sa pérennité », conclut le président Jean-Pierre Groulx.

image