26 mars 2019
Le gérant du Café St-Thomas se dit positif pour la suite des choses
Par: Katy Desrosiers
Mike Cournoyer entreprend actuellement des démarches pour prendre la relève de son père dans l'entreprise. 
Photo gracieuseté Geneviève Baril

Mike Cournoyer entreprend actuellement des démarches pour prendre la relève de son père dans l'entreprise. Photo gracieuseté Geneviève Baril

Mike Cournoyer, gérant du Café St-Thomas, ainsi que ses parents Pierre Cournoyer et Christiane Léveillée, propriétaires de l’endroit, se disent positifs face à l’avenir du commerce. Malgré le mélange de sentiments, ils travaillent afin que l’endroit puisse renaître.

Lors de l’incendie, Mike Cournoyer avait l’impression qu’une partie de sa vie venait de s’envoler. « Quand le St-Thomas est né, j’avais environ 7 ans, et maintenant je suis dans la trentaine. […] C’est quelque chose de voir partir ça en fumée. Le bâtiment était vieux, mais on a toujours su le tenir à jour, on faisait attention et on a toujours su garder ça cute pour attirer le monde », se souvient-il.

Quelques jours plus tard, il avoue que les messages de support reçus par dizaines les ont aidés à retrouver le sourire. Cette semaine, ils ont plusieurs rencontres de prévues pour en savoir plus sur les prochaines étapes. Ils doivent aussi faire l’inventaire de ce qu’ils ont perdu.

« Les gens nous demandent ce qui en est pour la reconstruction, mais on ne le sait pas, en tant que locataires on a très peu d’infos. […] Dans les dernières années, on avait vraiment une belle clientèle qui s’était bâtie et il y avait une belle communauté autour du St-Thomas. Ça ne peut pas s’éteindre comme ça », mentionne-t-il.

Mike Cournoyer mentionne que la possibilité d’acheter le terrain si le propriétaire ne souhaite pas reconstruire pourrait être sur la table. Cependant, il veut avoir des informations supplémentaires pour faire un choix éclairé. « Il faudrait faire des petits calculs avant », lance-t-il. D’ici une semaine ou deux, la famille sera en mesure de voir ce qui se pointe à l’horizon.

« On a hâte de voir. Même si ç’a brulé, on s’est fait rappeler les souvenirs et les souvenirs, ça ne brule pas, ça reste. C’est comme si on avait eu deux jours d’hommage, c’est un gros mix d’émotions », affirme le gérant. Il souhaite garder le concept initial du restaurant, mais songe déjà à des façons d’améliorer l’offre.

Mike Cournoyer a déjà été contacté par le maire de Sorel-Tracy, Serge Péloquin, qui souhaite appuyer les entrepreneurs dans leurs démarches.

 

À lire aussi :

Grande perte pour le centre-ville selon le conseiller Jocelyn Mondou

Un bâtiment plus que centenaire part en fumée

Dur lendemain pour les commerçants

Les pompiers à pied d’oeuvre pendant plus de 12 heures

image