12 mars 2018
Le manque de relève force le FAST à suspendre ses activités
Par: Sarah-Eve Charland

Le FAST existe depuis 10 ans dans la région. (Photo : Gracieuseté)

Le départ de plusieurs membres du comité organisateur du Festival des arts émergents de Sorel-Tracy (FAST) a amené les membres actuels à prendre une pause à l’été 2018. Ils espèrent tout de même un retour à l’été 2019.

Nicolas Philibert et Laurianne Grenon composent le comité actuellement. Malgré quelques démarches à court terme, ils n’ont pas réussi à former un comité suffisamment viable pour tenir la prochaine édition. Ils comptent prendre les prochains mois pour recruter des nouveaux bénévoles.

« Ce n’est pas un gros festival, mais il y a beaucoup d’énergie à y consacrer. Il y avait plusieurs membres qui provenaient de Sorel-Tracy, mais qui habitaient dans la région de Montréal. Ça faisait plusieurs années qu’ils étaient impliqués, mais n’avaient plus de temps », explique M. Philibert.

Le festival demeure en bonne santé financière, assure-t-il. L’année dernière, lors de la 10e édition, le FAST a récolté le plus grand nombre d’appuis financiers. Toutefois, les demandes de subventions deviennent de plus en plus complexes à obtenir et les démarches pour des appuis privés plus laborieuses, ce qui ajoute une charge supplémentaire de travail.

« Ce n’est pas du tout une question financière. Ce n’est pas une programmation qui coûte cher. […] Mais le travail avait été tout de même difficile pour conclure le financement », mentionne-t-il.

La pause sera aussi l’occasion de se pencher sur une nouvelle formule sans changer la mission principale de l’événement qui consiste à promouvoir les arts émergents.

« C’est rare qu’un festival offre une programmation aussi variée. On parle d’une cinquantaine d’artistes. Le festival est là autant pour les artistes que pour les festivaliers. […] On est très ouverts. On souhaite redonner le festival à la population. On croit que c’est l’occasion de raviver le festival », ajoute M. Philibert.

Entre 500 et 1000 personnes assistent à l’une des représentations du FAST. La plupart d’entre eux proviennent de l’extérieur de la région. « Ce sont souvent les gangs des artistes. Les gens d’ici ne se sont pas appropriés le festival. Ils gagneraient à le découvrir », conclut-il.

Il a aussi lancé un appel à tous ceux qui souhaitent s’impliquer au sein du comité pour organiser la 11e édition à l’été 2019. Les personnes intéressées peuvent envoyer une lettre d’intention à l’adresse courriel inscriptions@festivalfast.com.

Le FAST est divisé en quatre catégories : les arts visuels, les courts métrages, la littérature/théâtre/performance et la musique. Bon an mal an, une cinquantaine d’artistes ou de groupes sont retenus pour présenter des performances durant les trois jours du festival.

image