1 octobre 2019
Un an après son élection
Le député Jean-Bernard Émond fier du travail réalisé
Par: Katy Desrosiers

Jean-Bernard Émond affirme s'être lancé en politique pour l'éducation, l'économie et la santé Photo Katy Desrosiers | Les 2 Rives ©

Un an jour pour jour après son élection, le député de Richelieu Jean-Bernard Émond dresse un bilan positif de sa première année comme élu. Celui qui a déjà été conseiller politique se réjouit de pouvoir, avec son équipe, faire aboutir les demandes des citoyens. En un an, ils ont réglé plus de 200 dossiers citoyens.

Une des réalisations dont il est le plus fier est le 8,5 M$ qui a été débloqué pour la réfection de l’école primaire de Yamaska. « Ça faisait des années et des années que le projet était refusé […] et avec mon équipe, on l’a porté à bout de bras », souligne le député.

Concernant le projet de réfection de l’École Saint-Viateur, il assure que si la Commission scolaire de Sorel-Tracy veut toujours aller de l’avant avec le projet, il l’aidera à pousser le dossier.

En éducation, il souligne aussi le financement bonifié de 1,3 M$ obtenu pour le Cégep de Sorel-Tracy.

En tant qu’adjoint parlementaire au ministre de l’Enseignement supérieur pour le volet formation professionnelle, M. Émond travaille sur la valorisation des Centres de formation professionnelle. « Quand le taux de chômage est bas, les inscriptions sont plus difficiles et quand l’économie va bien, l’enjeu est de garder les jeunes jusqu’à la fin de la formation. Les employeurs vont les chercher avant qu’ils aient leur diplôme », explique le député.

Sauf que quand l’économie se porte mal, les travailleurs sans diplôme sont licenciés en premier. Il travaille donc sur un projet pilote pour que les élèves puissent terminer leur formation en entreprise.

Soins de santé

Le député souligne que les cliniques d’hiver, instaurées pour répondre à la demande des patients orphelins pendant la période critique de l’année avec la grippe, ont très bien fonctionné et qu’elles seront de retour cet hiver. Aussi, il affirme que de nouveaux médecins arriveront sous peu.

« Même si notre pourcentage de gens qui ont un médecin est au-dessus de la moyenne, […] ce n’est pas tout le monde qui en a un. Moi, ça ne me satisfait pas. […] Il y a une entente signée avec le Collège des médecins pour donner plus de pouvoir aux infirmières praticiennes et permettre davantage d’actes aux pharmaciens. On va voir les impacts ici aussi », mentionne-t-il.

Il travaille également à ramener des gens d’ici au sein du C.A du CISSS de la Montérégie-Est, puisque pour l’instant, seulement une personne y siège.

Mobilité et transports

Jean-Bernard Émond explique qu’un comité a été mis en place avec différents intervenants pour avoir un portrait clair et des solutions concrètes pour la mobilité dans la région.

« Ça avance bien, mais je vais te dire que j’ai le goût que ça avance plus vite. […] Je suis prêt à me faire remplacer sur mes commissions parlementaires pour venir assister aux rencontres. […] Le pont, c’est nord-sud, mais est-ouest, moi je serais en faveur du prolongement de la 30, ne serait-ce jusqu’à la 122 pour décongestionner la 20, […] elle pourrait se connecter avec les activités portuaires à venir à Sorel-Tracy et avec le pôle logistique à Contrecœur », affirme M. Émond.

Un autre projet dont le député est fier est le resurfaçage du pont Maurice-Martel. « On a travaillé fort auprès du bureau régional du ministère des Transports pour plaider l’urgence de le faire. […] Je suis content parce que c’est très difficile de faire changer des planifications », souligne le député, qui dit avoir accès facilement à ses collègues ministres en faisant partie du gouvernement.

D’autres enjeux locaux

Le député a permis de remettre 300 000 $ supplémentaires à des événements et organismes d’ici, comme le Gib Fest, Action logement Pierre-De Saurel, les Ateliers Je suis capable, la Société d’Agriculture de Richelieu et le Regroupement jeunesse littéraire de St-Ours.

Les dossiers du terrain synthétique et du complexe sportif et aquatique faisaient partie de ses engagements électoraux et M. Émond compte faire atterrir tous ses engagements. « Personne ne peut penser qu’on n’en a pas besoin, je trouve ça même gênant. […] Ma job, c’est de faire descendre les programmes et s’assurer qu’on fit dans toutes les petites cases pour être capable d’amener ça ici. »

Une des choses dont le député se fait le plus parler sur le terrain est la loi sur la laïcité. « Les Québécois et les gens de Richelieu sont fiers qu’ont ait respecté nos engagements », précise-t-il. Aussi, dans le milieu entrepreneurial, ont lui parle beaucoup de la pénurie de main-d’œuvre.

Au cours des prochains mois, il suivra de près le comité sur la mobilité, se penchera sur l’éducation, lui qui se dit très interpellé par le taux de décrochage dans la région, et il continuera de servir de courroie de transmission entre les citoyens et le gouvernement.

image