5 mai 2021
Le défi de Statera
Par: Jean-Philippe Morin

Thierry Migeon a pris le travail de directeur général de Statera au pied levé il y a quelques semaines et se dit persuadé que l’attraction touristique attirera son lot de visiteurs cet été. Photo Pascal Cournoyer | Les 2 Rives ©

Arrivé au pied levé pour diriger Statera à la suite du départ surprise de l’ancien directeur général, Thierry Migeon avait de grands souliers à chausser. Non seulement il doit préparer la saison 2021, mais le défi d’attirer les gens de la région et de l’extérieur demeure immense.

Publicité
Activer le son

Selon le nouveau directeur général, implanter un tel projet prend du temps. S’il comprend l’impatience de certains citoyens, M. Migeon leur demande de rester positifs et d’encourager le produit plutôt que de le dénigrer.

« On devrait être fiers de ce qui se fait ici. Au cours des dernières années, Statera a beaucoup investi sur le quai et c’est de l’argent qui reste à long terme. On a beaucoup travaillé sur notre produit pour cet été et on veut que les gens viennent voir ce qu’on fait. On travaille fort avec un budget archi serré pour offrir un maximum d’activités », souligne Thierry Migeon, en entrevue.

Ce dernier ne s’attendait d’ailleurs pas à se faire proposer le poste, lui qui a dû se retirer du conseil d’administration du Regroupement indépendant pour la relance économique de la région de Sorel-Tracy (RIRÉRST), organisme qui chapeaute Statera. Il a aussi délaissé les principales tâches de son entreprise, TM-Communications.

« Je faisais mes petites affaires, bien tranquille, et quand on me l’a proposé, j’ai eu un moment de panique… mais c’est tellement trippant! Je me sens utile, je sais que je fais quelque chose de concret. Je travaille pour un gros projet dans la ville que j’ai choisi d’habiter. […] J’ai beaucoup voyagé, j’ai eu un resto avec 60 employés et j’ai refait ma vie plusieurs fois… Je sais ce que c’est gérer un gros bateau. Je me suis jeté là-dedans la tête baissée et j’ai tout repris dès le début. Je suis convaincu que ça va marcher », indique-t-il.

Des restrictions et des nouveautés

La préparation pour la saison estivale, qui débutera le 17 juin prochain, va bon train. Les restrictions sanitaires font en sorte que 12 personnes pourront circuler à la fois dans le parcours intérieur. Au centre du parcours, le seul endroit où les gens peuvent se croiser, des mesures spéciales seront prises, comme un maraudeur qui désinfectera les espaces utilisés au fur et à mesure.

Dans le dôme, la distanciation sera plus facile à respecter étant donné le grand espace. Pour les croisières, le nombre de personnes est réduit à 33 personnes au lieu de 77.

« De la façon que c’est parti, avec la vaccination et tout, on pense que le 17 juin est une bonne date. On croit que des allégements seront annoncés d’ici là », espère Thierry Migeon.

Parmi les nouveautés, Statera mise entre autres sur le yoga. L’organisme fera appel à des professeurs de la région pour qu’ils puissent donner leurs cours dans le dôme les matins. S’il y a plus de participants, il sera possible de donner les cours à l’extérieur du dôme.

Si le parcours subira quelques petits changements, les principaux ajustements seront perceptibles au niveau du dôme. Quatre films seront présentés en tout, dont le film de base en 360 degrés qui a été revu et corrigé en raison des critiques.

Des trois autres films, un d’entre eux reste à ficeler. Pour ce qui est des deux autres, La nature qui nous entoure est un film de 40 minutes de style Imax (180 degrés) qui filme plusieurs éléments de la nature et des animaux. L’autre film, Les monstres de la mer, permet de comprendre ce qu’il y avait sous l’eau à la préhistoire.

« Nos films peuvent intéresser à la fois les jeunes, les ados, les moins jeunes; bref tout le monde. On a entendu la population et on a voulu corriger la situation », explique M. Migeon.

Des prix à la baisse

Au niveau de la tarification, l’équipe de Statera dit avoir écouté les critiques et a réduit ses tarifs. Pour un adulte, le parcours coûte 12,50 $ au lieu de 20 $ et le dôme coûte 12,50 $ au lieu de 15 $. Toutefois, la croisière des îles (2 h 30) a augmenté légèrement pour se situer à 49 $.

Le principal changement au niveau de la tarification est l’arrivée des Passeports Attraits. Grâce au ministère du Tourisme qui a mis cette mesure en place pour stimuler le tourisme au Québec, Statera a pu mettre en vente des forfaits regroupés avec d’autres activités à 40 % de rabais. Le manque à gagner est ainsi remboursé par le gouvernement du Québec.

Par exemple, un combo de croisière, dôme et parcours de Statera, une expérience thermale du spa nordique de l’Hôtel de la Rive et un laissez-passer au Biophare coûteront 75 $ plus taxes au lieu de 125 $. D’autres forfaits incluent aussi la Maison du Marais, Passion Planches et la Pourvoirie du lac Saint-Pierre, entre autres. Statera devrait aussi être inclus dans les forfaits du Zoo de Granby.

À lire aussi : De l’animation sur le quai Catherine-Legardeur cet été

image