19 mai 2015
Le débarcadère de la traverse ne sera pas aménagé avant 2017
Par: Louise Grégoire-Racicot
Des citoyens dénoncent la hausse des tarifs du traversier. | TC Média - Archives

Des citoyens dénoncent la hausse des tarifs du traversier. | TC Média - Archives

Les travaux de réaménagement des débarcadères de la traverse Sorel-Tracy–Saint-Ignace-de-Loyola ne seront pas exécutés en 2016 comme prévu. Et on estime à 40M$ les coûts pour le faire, et non 10M$ tel qu’annoncé précédemment.

« Le projet de réaménagement est à l’étape de la conception et le déploiement de ce projet s’échelonnera sur quelques années, soit au-delà de 2016 », a dit la porte-parole de la Société des traversiers (STQ), Maryse Brodeur.

La STQ est au fait, a-t-elle souligné, que la Ville de Sorel-Tracy envisage la construction de nouveaux aménagements aux abords de la traverse en vue des célébrations entourant le 375e anniversaire de sa fondation, en 2017.

« Nous sommes à définir la conception de ces espaces, de concert avec les parties prenantes que sont la clientèle, la direction de la traverse, les municipalités de Sorel-Tracy et de Saint-Ignace-de-Loyola, le ministère des Transports du Québec, etc. »

Ce que confirme la porte-parole de la Ville, Marie-Lise Tellier. « On cherche à établir le meilleur scénario possible de réaménagement du quai et de l’aire d’attente », explique-t-elle.

La Ville souhaite notamment s’assurer que cette nouvelle aire permette une plus grande fluidité de la circulation dans le secteur à proximité.

« On est conscient qu’actuellement, à certaines périodes de pointe, des débordements de l’aire d’attente provoquent parfois de la congestion dans les rues avoisinantes, Phipps et Augusta. On veut assurer que la qualité de vie des résidents du secteur de même que le projet de développement de l’Écomonde soient pris en compte et bien intégrés dans le scénario final qui sera implanté », assure-t-elle.

À cet égard, Mme Brodeur souligne que les experts en gestion de projet de la STQ cherchent à minimiser l’impact sur la clientèle et sur le secteur avoisinant la traverse.

La STQ procédera à des travaux d’adaptation des infrastructures terrestres (aires d’attente, gares, etc.) tant à Sorel-Tracy qu’à l’île Saint-Ignace, pour permettre la mise en service des deux navires actuels de la traverse de Tadoussac. Ils ont un gabarit plus gros que le Catherine-Legardeur et le Lucien-L. les desservant actuellement.

« Ces navires-jumeaux seront modernisés (remotorisation, etc.), auront une plus grande fluidité d’embarquement, une capacité accrue, un aménagement amélioré du salon des passagers, etc. », explique Mme Brodeur.

Les coûts?

On se rappelle que la semaine dernière, le député caquiste Claude Surprenant avait dénoncé en commission parlementaire le fait que les coûts des travaux à cette traverse sont passés de 10M$ à 40M$, des données puisées dans la plus récente mise à jour du plan d’immobilisation 2009-2023 (PQI).

La première évaluation des requis reposait alors sur une définition sommaire des besoins, explique Mme Brodeur.

« La dernière évaluation, au montant de 40M$, reflète plus précisément à la fois l’ensemble des exigences opérationnelles et de développement durable de la traverse sur les deux rives et la coordination de la STQ avec le projet de développement riverain de la municipalité de Sorel-Tracy dans le secteur de la traverse. »

image