18 janvier 2017
Le CPE avoisinant soulagé du démantèlement du réseau de trafiquants
Par: Deux Rives
Des immeubles à logements situés sur la rue L'Heureux, à Contrecoeur, ont été visés par la perquisition. | Photo: TC Média - Jonathan Tremblay

Des immeubles à logements situés sur la rue L'Heureux, à Contrecoeur, ont été visés par la perquisition. | Photo: TC Média - Jonathan Tremblay

À la suite des arrestations qui ont eu lieu mercredi matin sur la rue L’Heureux, à Contrecœur, la directrice du Centre de la Petite enfance(CPE) Petit à Petit, qui se situe en face des immeubles perquisitionnés, se dit heureuse que les trafiquants de drogue se soient fait arrêter.

À lire aussi:

Les trafiquants seraient reliés aux Hells Angels

– Frappe contre les stupéfiants à Contrecoeur

Les perquisitions ont eu lieu dans deux immeubles à logements de la rue L’Heureux, mais aussi sur la rue Berthiaume, à Contrecoeur.

Les six accusés, quatre hommes et deux femmes, tous arrêtés ce matin, comparaitront devant le tribunal du palais de justice de Sorel-Tracy à 14h, cet après-midi.

« Tant mieux si c’est terminé!, s’exclame la directrice générale du CPE, Hélène Thibault. Nous n’avons cependant jamais rien vu d’anormal dans les environs. »

Elle a toutefois pris le soin de confirmer avec les policiers s’il était sécuritaire de laisser sortir les enfants dans la cour ce matin.

« Je ne suis pas inquiète du tout pour les enfants, il n’est jamais rien arrivé… mais c’est par précaution que j’ai demandé, a-t-elle ajouté. Nous avons toujours une bonne collaboration avec la police. »

Un résident d’un logement voisin, qui a préféré garder l’anonymat, a confié au journal qu’un des hommes arrêtés ne demeurait pas dans l’immeuble voisin depuis longtemps.

« Ce sont tous des amis qui habitent dans ce bloc-là, a-t-il affirmé. Ça brasse trop ici, c’est pour ça que je déménage. »

Une autre voisine mentionne qu’il y a beaucoup de déménagements et d’aménagements dans le coin, au moment même où un camion avec une remorque s’installait devant l’immeuble à logements dans lequel les saisies avaient eu lieu plus tôt en matinée. Les occupants du camion mentionnaient qu’ils n’habitaient pas l’immeuble et n’étaient pas au courant des événements.

« De mon côté, je ne me suis jamais rien fait voler, a-t-elle mentionné. Cependant, il y a beaucoup de vols dans les alentours. »

Une cinquantaine de policiers de la Régie de police Richelieu-Saint-Laurent et de la Sûreté du Québec ont participé à cette enquête. Du cannabis, de la cocaïne et des amphétamines ont été saisis.

image